RDC-Construction du pont entre Brazzaville et Kinshasa en août 2020 : le Kongo Central craint un blocage du port en eau profonde à Banana

0
142

Les travaux de construction d’un pont entre Brazzaville (Congo) et Kinshasa (RDC) seront lancés en août 2020. C’est ce qu’a annoncé, dimanche 12 mai 2019, Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD) au terme de sa toute première visite au Congo.

L’infrastructure devrait permettre de relier les deux capitales les plus proches du monde (séparées par un fleuve de 4 km), via une route et un chemin de fer. Prévu pour un coût de 550 millions USD, le nouveau projet devrait être financé à hauteur de 210 millions USD par la BAD.

« Les travaux vont démarrer au mois d’août de l’année prochaine. Voilà on est très précis. C’est quelque chose de très important. Je salue les efforts et le leadership des présidents Denis Sassou Nguesso (du Congo-Brazzaville) et de Félix Tshisekedi (de la RD Congo) », a indiqué le président Adesina, qui souligne que le fonds d’investissement Africa50 devrait participer au financement.

Ce projet, l’un des plus vieux de la stratégie d’intégration africaine, avait été ressuscité en novembre 2018. Lors de l’Africa Investment Forum de Johannesburg, le ministre de l’Aménagement du territoire de la République du Congo, Jean-Jacques Bouya, avait annoncé un accord pour la construction du pont. L’étude de faisabilité du projet devrait être achevée cette année.

Une fois le pont construit, le trafic actuel, estimé à 750 000 personnes et à 340 000 tonnes de fret par an, devrait passer à plus de 3 millions de personnes et à 2 millions de tonnes de fret d’ici à 2025, d’après les chiffres de la BAD.

Les craintes du Kongo Central

En apprenant l’annonce, par la BAD, du début des travaux de construction du pont route-rail devant relier Kinshasa (RDC) et Brazzaville (Congo), les Organisations de la Société civile œuvrant dans le domaine des Ressources Naturelles réunies au tour de la Synergie pour la Gouvernance des Ressources Naturelles du Kongo-Central (SGRN) ont ressuscité leur mémorandum 11 décembre 2018, dont copie a été envoyée lundi 13 mai 2019 à congoreformes.com.

« Les Organisations de la Société civile présentent leurs inquiétudes au Gouvernement de la République Démocratique du Congo, à la Communauté Internationale et au Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la convention signée entre la Banque Africaine de Développement, BAD en sigle et Le Fonds Africa 50 pour le financement du projet de construction du pont-rail reliant Kinshasa et Brazzaville dans le but macabre de rentabiliser le port maritime de Pointe Noire », s’étaient-elles émues.

Et de préciser :

« Pour la Province du Kongo Central dans son ensemble,

– Connaissant que depuis l’époque coloniale, les Belges ont laissé le projet de développement du Grand Barrage d’Inga pour l’intégration économique de la République Démocratique du Congo avec la construction du chemin de fer entre le Katanga, producteur des minerais et le port d’évacuation en eau profonde à Banana dans le Kongo-Central ;

– Au lieu de soutenir ce projet vital pour l’intégration de l’économie nationale, bien au contraire, la BAD préfère aggraver la désintégration de l’économie de notre pays en détruisant nos ports maritimes en finançant la construction de ce couloir entre Pointe Noire et Kinshasa avec le pont sur le Fleuve Congo ;

Pour la Province du Kongo-Central dans son ensemble,

– Connaissant que depuis l’époque coloniale, les Belges ont laissé le projet de développement du Grand Barrage d’Inga pour l’intégration économique de la République Démocratique du Congo avec la construction du chemin de fer entre le Katanga, producteur des minerais et le port d’évacuation en eau profonde à Banana dans le Kongo-Central ;

– Au lieu de soutenir ce projet vital pour l’intégration de l’économie nationale, bien au contraire, la BAD préfère aggraver la désintégration de l’économie de notre pays en détruisant nos ports maritimes en finançant la construction de ce couloir entre Pointe Noire et Kinshasa avec le pont sur le Fleuve Congo ;

Pour la Province du Kongo-Central dans son ensemble,

– Connaissant que depuis l’époque coloniale, les Belges ont laissé le projet de développement du Grand Barrage d’Inga pour l’intégration économique de la République Démocratique du Congo avec la construction du chemin de fer entre le Katanga, producteur des minerais et le port d’évacuation en eau profonde à Banana dans le Kongo-Central ».

– Au lieu de soutenir ce projet vital pour l’intégration de l’économie nationale, bien au contraire, la BAD préfère aggraver la désintégration de l’économie de notre pays en détruisant nos ports maritimes en finançant la construction de ce couloir entre Pointe Noire et Kinshasa avec le pont sur le Fleuve Congo ;

SGRN

Province du Kongo-Central

Synergie pour la Gouvernance des Ressources Naturelles

Email :pjbakulu@gmail.com, Tél.00243 89 55 08 054

MEMO DE LA SOCIETE CIVILE DU KONGO-CENTRAL ADRESSE AL’ENDROIT DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT « BAD » SUR LE PROJET DE PONT RELIANT KINSHASA A BRAZZAVILLE.

Les Organisations de la Société Civile œuvrant dans le domaine des Ressources Naturelles réunies au tour de la Synergie pour la Gouvernance des Ressources Naturelles du Kongo-Central, SGRN en sigle ; présentent leurs inquiétudes au Gouvernement de la République Démocratique du Congo, à la Communauté Internationale et au Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la convention signée entre la Banque Africaine de Développement, BAD en sigle et Le Fonds africa 50 pour le financement du projet de construction du pont-rail reliant Kinshasa et Brazzaville dans le but macabre de rentabiliser le port maritime de Pointe Noire.

En effet nous, Organisations de la Société Civile du Kongo-Centrale en union d’esprit avec toutes les Communautés ou populations de la Province du Kongo-Central, sommes surpris et indignés d’apprendre sur la chaine Business Afrique de la Côte d’Ivoire que la construction de ce pont est devenue effective grâce au financement de la BAD et du Fonds Africa 50.

Pour la Province du Kongo-Central dans son ensemble,

– Connaissant que depuis l’époque coloniale, les Belges ont laissé le projet de développement du Grand Barrage d’Inga pour l’intégration économique de la République Démocratique du Congo avec la construction du chemin de fer entre le Katanga, producteur des minerais et le port d’évacuation en eau profonde à Banana dans le Kongo-Central ;

– Au lieu de soutenir ce projet vital pour l’intégration de l’économie nationale, bien au contraire, la BAD préfère aggraver la désintégration de l’économie de notre pays en détruisant nos ports maritimes en finançant la construction de ce couloir entre Pointe Noire et Kinshasa avec le pont sur le Fleuve Congo ;

– Faisons remarquer à la Communauté Nationale et Internationale que la BAD vise sans conteste l’aggravation de la misère des populations de la RDC ;

– Constatons avec regret que la démarche de la BAD en finançant un tel projet, est donc une façon de d’amorcer la balkanisation de notre pays que nous contestons en voulant effacer la province du Kongo-Central du reste de la RDC ;

– Nous nous posons la question de savoir ce que la BAD et le Fonds Africa 50 vont gagner en aliénant la souveraineté économique de la RDC pour faire dépendre son économie à un pays qui n’a jamais entretenu de relations franches et sincères avec lui depuis l’histoire et en quoi l’essor de son économieva être garanti ;

Vu tout ce qui précède, la Société Civile demande :

A la BAD :

– A la BAD et au Fonds Africain de ne pas plonger la RDC dans l’insécurité du Congo-Brazza et dans les aléas de la politique du Congo-Brazza existant entre les interruptions fréquentes du trafic ferroviaire entre Brazzaville et le pool (Pointe Noire) dont la plus longue est celle des deux dernières années ;

– De ne pas perdre de vue que la crise du carburant et les ruptures du commerce entre Brazzaville et le pool (Pointe Noire) n’aideront en rien la RDC

– De ne pas noyer les efforts et la volonté de notre Chef de l’Etat ainsi que du Ministre des transports que nous félicitons au contraire pour l’aboutissement du projet de port en eau profonde à Banana ;

Aux Politiciens du Kongo-Central et de la RDC

– De se liguer avec nous à fin de demander à la BAD et au Fonds Africa 50 d’annuler leur projet macabre et le mettre en garde contre tout ce que cela entrainerait comme mécontentement au sein de la population ;

A tous les candidats Présidents :

– Nous interpellons tous les candidats Présents de pouvoir récupérer ce dossier et nous en donner leur avis lors de leur passage dans le Kongo-Central

Fait à Matadi, le 11/12/2018

POUR LA SOCTE CIVILE DU KONGO-CENTRAL

Rév.Père Jean LOMBO Pasteur Jacques BAKULU, Rapporteur
Mme NZUZI Bernadette, Président

Par Agence Ecofin/CR

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here