RDC-Evasion de Lumu Ilunga et Tshaba Kanowa accusés du meurtre des experts de l’ONU : une récompense de 3 125 USD à qui aiderait à les arrêter

0
101

En République démocratique du Congo, deux des suspects du meurtre des experts de l’ONU se sont évadés de la prison de Kananga, dans la nuit de lundi 6 à mardi 7 mai 2019. Parmi eux, figure la seule personne qui avait été identifiée sur la vidéo du meurtre de l’Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalan, Evariste Ilunga. Une évasion qui concerne au moins cinq détenus, selon l’auditeur général de l’armée, sur un total de 800 prisonniers.

Le général Munkuntu, numéro 1 du parquet militaire, dit avoir eu la confirmation de l’évasion de cinq prisonniers. Parmi eux, trois accusés dans le procès des experts de l’ONU, dont deux qui sont directement considérés comme impliqués dans l’assassinat des deux membres des Nations unies. Il s’agit d’Evariste Ilunga, dit « beau gars », et d’un dénommé « Tshiani ». Ils se sont officiellement échappés avec des prisonniers ayant été lourdement condamnés.

Évidemment, c’est une très mauvaise nouvelle pour le procès de Kananga, dont les audiences n’ont cessé ces dernières semaines d’être reportées pour différents motifs. Evariste Ilunga était considéré par tous – justice militaire, ONU – comme un suspect-clef, mais aussi comme un témoin oculaire, puisque c’est le seul qui ait été identifié par la police des Nations unies comme étant présent dans la vidéo. C’est lui qui fuit au premier coup de feu tiré sur l’Américain Michael Sharp.

Evariste Ilunga avait fait des déclarations contradictoires, notamment des témoignages incriminant indistinctement des chefs Kamuina Nsapu et coutumiers de la région alors qu’il était détenu au secret et sous la crainte. Mais depuis qu’il avait été présenté devant la justice, sa version avait changé, il avait fini par accuser son collègue, le principal témoin du procès, ancien chef de milice et informateur de l’armée congolaise, Jean Bosco Mukanda d’être le principal donneur d’ordre sur le terrain. Selon Evariste Ilunga, Jean Bosco Mukanda aurait même exigé qu’on lui remette la tête de l’experte suédoise Zaida Catalan pour un commanditaire qui reste à ce jour non identifié. Jean Bosco Mukanda avait démenti, mais il a fini par être inculpé il y a un an par la justice militaire congolaise.

Tension dans la prison

Cette évasion s’est déroulée dans un contexte de grogne des prisonniers et d’un relâchement de la sécurité dans la prison de Kananga. Depuis la semaine dernière, les quelque 800 prisonniers de la prison de Kananga dormaient dans la cour et non plus dans leur cellule, dans une situation quasi insurrectionnelle. Notamment parce que depuis deux mois, ceux qui étaient accusés d’avoir participé à l’insurrection Kamuina Nsapu réclamaient d’être libérés puisque leurs collègues, qui avaient rendu les armes depuis l’élection de Félix Tshisekedi, n’avaient pas été inquiétés.

Sur instruction de la présidence, la justice militaire s’était dit prête à examiner leur situation au cas par cas et libéré ceux qui n’avaient pas commis des crimes sexuels ou crimes de sang. Plus d’une centaine avait déjà été libérée. Mais les procédures traînent en longueur et la tension monte. Bon nombre d’observateurs disent avoir averti, les avocats notamment, du risque d’évasion, y compris des suspects dans l’assassinat des experts de l’ONU, surtout dans des conditions de sécurité aussi lâches.

Selon l’auditeur général de l’armée, le général Munkunto, ces cinq prisonniers ont fait le mur, mais leur évasion aurait été immédiatement signalée par des codétenus, qui se sont mis à manifester, créant une plus grande confusion. D’autres sources au sein de la société civile parlent au contraire d’une diversion et d’une évasion bien planifiée, visant à permettre l’évasion ou l’exfiltration de certains suspects. Evariste Ilunga avait régulièrement dit à ses avocats qu’il craignait pour sa vie. C’est la quatrième disparition d’accusés dans cette affaire, il y a eu trois évasions en deux ans et une mort suspecte en détention.

Avis de recherche et récompense financière pour tenter de retrouver les fugitifs

L’auditeur général de l’armée congolaise annonce qu’un avis de recherche a été lancé et qu’une récompense de cinq millions de francs congolais (3 125 USD) sera remise à celui qui faciliterait de retrouver Ilunga Lumu et Tshaba Kanowa, deux présumés meurtriers des experts de l’ONU qui se sont évadés de la prison de Kananga.

Le général Tim Mukunto révèle que cinq détenus se sont évadés de cette maison carcérale dans la nuit de lundi à mardi alors qu’il pleuvait dans la ville.

Parmi les cinq, deux sont jugés par le tribunal militaire de Kananga pour le meurtre de Zaida Catalan et Michael Sharp, deux experts de l’ONU tués en mars 2017 au Kasaï alors qu’ils enquêtaient sur les violences qui déchiraient cette région du centre de la RDC.

Les aveux de l’un des deux évadés, Ilunga Lumu, avaient permis au tribunal de connaitre la scène de l’exécution des experts.

Il est d’ailleurs le seul accusé dans ce dossier qui reconnait avoir pris part à l’exécution. Il est visible dans la vidéo de l’exécution. C’est aussi lui qui a identifié la personne qui donnait des ordres sur le lieu de l’exécution : Jean Bosco Mukanda, l’ancien témoin vedette devenu prévenu.

« Ilunga Lumu, un symbole »

L’auditeur général de l’armée reconnait que l’évasion d’Ilunga Lumu est un « coup dur ». Pour lui, ce prévenu est un « symbole important » dans ce procès.
« C’est le seul parmi toutes les personnes qui ont été traduites devant le tribunal qui dit avoir été présent sur le lieu du crime, avoir posé certains actes. Donc, c’est un symbole. C’est un symbole important. Pour nous, c’est un coup dur qu’Ilunga Lumu puisse se trouver en cavale aujourd’hui. Nous devons tout faire pour le rechercher, le récupérer. Et de nouveau, le mettre à la disposition du juge pour qu’il lui pose des questions quand il le souhaitera », fait savoir le général Tim Mukunto.

L’auditeur général de l’armée affirme cependant que l’évasion d’Ilunga Lumu ne va pas le compromettre la suite du procès. Selon lui, Ilunga Lumu a dit « l’essentiel de ce qu’il voulait bien nous dire ».

Le général Mukunto déclare qu’actuellement le souci du parquet militaire est «de comprendre si au-delà de Jean Bosco [Mukanda] il y a d’autres personnes qui sont mêlées à ce qui s’est à Moyo Musuila ».

« Dans cet exercice, nous ne comptons plus sur Ilunga Lumu », explique-t-il.

Par ailleurs, l’auditeur général de l’armée annonce avoir mis en place une commission pour éclaircir les circonstances de cette évasion.

Robert Petit regrette l’évasion des prévenus Ilunga Lumu et Tshaba Kanowa à Kananga

Robert Petit, le chef de l’équipe des Nations Unies qui appuie la justice congolaise dans le procès du meurtre de deux experts de l’ONU au Kasaï, regrette l’évasion des prévenus Ilunga Lumu et Tshaba Kanowa.

« C’est quelque chose qui est extrêmement regrettable que toute personne qui faisait face à la justice puisse l’éviter en s’échappant », a déploré Robert Petit.

Ilunga Lumu et Tshaba Kanowa sont poursuivis par la cour militaire pour le meurtre des experts de l’ONU au Kasaï, Michael Sharp et Zaida Catalan il y a deux ans.

Les aveux d’Ilunga Lumu, avaient permis au tribunal de connaitre la scène de l’exécution des experts. Il est d’ailleurs le seul accusé dans ce dossier qui reconnait avoir pris part à l’exécution.

Pour sa part, l’auditeur général de l’armée reconnait que l’évasion d’Ilunga Lumu est un « coup dur ». Pour lui, ce prévenu est un « symbole important » dans ce procès. Il affirme cependant que son évasion d’Ilunga Lumu ne va pas le compromettre la suite du procès.

Mais, Robert Petit souhaite que tout soit fait pour que les fugitifs soient rattrapés et que la vérité soit connue.

« Il va de soi que tous les efforts soient fournis pour rattraper tous ces détenus et que ceux qui manquent à l’appel soient amenés devant la justice pour que le procès complet de la responsabilité soit fait », a-t-il ajouté.

L’avocat du prévenu Ilunga Lumu « surpris et attristé »

Me Trésor Kabangu, avocat du prévenu Ilunga Lumu dit regretter l’évasion de son client. Il se dit attristé par cette nouvelle. Dans une interview accordée mardi 7 mai 2019 à Radio Okapi, il affirme être surpris de cette évasion, alors qu’il était avec son client la veille dans la journée.

« Il est la seule personne qui a été sur le lieu d’exécution des experts [Michael Sharp et Zaida Catalan]. Son absence me fait très mal. Je l’ai rencontré hier. Il m’a expliqué la chaleur et la joie des détenus qui dormaient à l’extérieur », a déclaré l’avocat.

Me Trésor dit être surpris de l’évasion de son client qu’il considère comme élément clé dans le procès des présumés assassins des deux experts de l’ONU tués en 2017 dans la région du Kasaï.

Les aveux de l’un des deux évadés, Ilunga Lumu, avaient permis au tribunal de connaitre la scène de l’exécution des experts.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here