RDC-Santé: le COSAP préconise l’assainissement du milieu comme moyen efficace de lutte contre le paludisme

0
98

Par Oscar BISIMWA

En marge de la commémoration de la journée internationale de lutte contre le paludisme, ce jeudi 25 avril 2019 à Kinshasa, le Collectif des organisations de la société civile pour la santé et la lutte contre le paludisme « COSAP » a plaidé pour l’hygiène et l’assainissement de l’environnement comme moyen efficace de lutte contre la malaria.

Alors que le Programme national de lutte contre le paludisme base sa stratégie sur l’usage des moustiquaires imprégnées d’insecticide, le COSAP estime qu’il s’agit là d’un raccourci consistant à s’attaquer aux conséquences plutôt qu’aux causes.

« Il est établi que la malaria est propagée par les moustiques anophèles. Ce qui veut dire qu’il n’y aurait pas de malaria, s’il n’y avait pas de moustiques. Il faut donc s’attaquer aux causes en assainissant le milieu vital pour réduire la propagation des moustiques qui véhiculent la malaria », indique Me Élodie MUZIGIRWA, Présidente du COSAP.

Cette éminente avocate engagée dans le secteur de la santé croit dur comme fer que l’on peut distribuer même 10 millions de moustiquaires mais tant que la population va cohabiter avec les immondices et les eaux usées dans un environnement insalubre, la malaria aura toujours droit de cité. « Aujourd’hui la ville de Kinshasa avec plus ou moins 12 millions d’habitants produit près de 10.000 tonnes de déchets par jour. Et ces déchets ne sont pas évacués. Il y a lieu de se demander où est-ce que les pousse-pousseurs qui passent ramasser les déchets ménagers contre quelques pièces de monnaies vont à leur tour les jetter, si pas dans les rivières, dans les caniveaux. Vous comprendrez donc que nous, la population, nous finançons notre propre malaria, en finançant ces services de fortune qui viennent ramasser les déchets pour les déverser dans des endroits non appropriés », souligne-t-elle.

Contrôle de médicaments

Le Collectif des organisations de la société civile pour la santé et la lutte contre le paludisme dit constater par ailleurs, la prolifération des antipaludéens vendues en grandes quantités en République démocratique du Congo. Pourtant, renseigne-t-il, le pays ne dispose pas de laboratoires spécialisés dans le contrôle de médicaments. Ce qui porte à redouter la vente, sur le marché congolais, des médicaments contrefaits. Me Élodie Muzigirwa porte le plaidoyer de son organisation pour un laboratoire national de contrôle de médicaments.

La bonne gouvernance dans le secteur de lutte contre le paludisme

Outre l’assainissement de l’environnement qu’il préconise pour lutter efficacement contre le paludisme et le plaidoyer qu’il mène pour la construction d’un laboratoire national de contrôle de médicaments, le COSAP » est monté au créneau pour appeler à plus de transparence dans le secteur de lutte contre le paludisme en République démocratique du Congo.

Davant une trentaine de journalistes mobilisés pour accompagner le COSAP dans son combat contre cette pandémie, sa présidente, Maître Elodie Muzigirwa a indiqué que des milliers de dollars américains destinés à la lutte contre le paludisme seraient détournés périodiquement à différents niveaux de la chaîne de gestion de la lutte.

Me Élodie Muzigirwa qui est aussi Présidente de l’association de défense des droits des patients « ADP » invite les autorités du pays, principalement le Président de la République et le gouvernement qui sera bientôt mis en place à s’engager à promouvoir la bonne gouvernance dans le secteur de la santé en général et celui de la lutte contre le paludisme en particulier afin de sauver véritablement la population congolaise de cette maladie dangereuse et éviter ainsi ses conséquences néfastes sur la productivité humaine.

Des milliers de moustiquaires distribuées : De la poudre aux yeux ?

Selon le Programme national de lutte contre le paludisme, plusieurs millions de moustiquaires ont été distribuées jusque-là pour lutter contre la malaria. Aucun nombre exact ne peux être avancé, rétorque le COSAP, du fait que ces moustiquaires n’arrivent pas toutes à leurs destinations finales.

Élodie Muzigirwa affirme que son organisation a fait des enquêtes dans la ville de Kinshasa et a même ouvert des dossiers au niveau du parquet pour dénoncer le détournement des cargaisons importantes de moustiquaires qui se retrouvent quelques jours après sur le marché. « Des gens se font de l’argent derrière cette campagne de distribution de moustiquaires. Ce n’est pas normal » gronde Élodie Muzigirwa.

Il convient de signaler que le Collectif des organisations de la société civile pour la santé et la lutte contre le paludisme est une coalition de plusieurs dizaines d’organisations non gouvernementales engagés dans l’accompagnement des efforts du pouvoir public et des partenaires dans la sensibilisation de la population contre plusieurs maladies, principalement le paludisme. Le COSAP intervient aussi dans le contrôle citoyen des actions menées par ceux qui ont la charge de conduire ces différentes campagnes.

Le Collectif est présidé par Me Élodie N. Muzigirwa, Présidente de l’ADP (Association de défense des droits des patients), une des organisations membre du COSAP.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here