L’artiste Lutumba Simaro s’est éteint samedi à Paris

0
46

L’artiste musicien Simon Lutumba Ndomanueno, mieux connu sous le nom Lutumba Simaro Masiya, s’est éteint samedi, à Paris en France, à l’âge de 81 ans, de suite d’une longue maladie.

Auteur-compositeur, ce guitariste de talent fut chef d’orchestre TP OK Jazz et co-fondateur du groupe musical Bana Ok. Lutumba Simaro a marqué la scène musicale congolaise avec des chansons de grande valeur telles que Mabele, Ebale ya Zaïre, Fifi nazali innocent, Maya, Affaire Kitikwala, Verre cassé, et tant d’autres.

Né à Kinshasa le 19 mars 1938, l’illustre disparu fut l’un des musiciens congolais le plus décoré. En effet, en décembre 2015, il est élevé, avec d’autres opérateurs culturels, au rang de commandeur du mérite des arts, science et lettres par l’ancien président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku.

En 2018, il obtient du gouvernement des hommages nationaux pour l’ensemble de son œuvre musicale et préférant que ses mérites soient reconnus de son vivant, un buste a été érigé en sa mémoire dans la commune de Lingwala et l’avenue Mushie dans la même municipalité a été rebaptisée avenue Lutumba Simaro.

Au cours de a même année, il confie la direction de son groupe musical Bana Ok à Manda Chante, ce brillant chanteur connu du grand public grâce au groupe Wenge Musica.

Hommage de Joseph Kabila Kabange à un artiste exceptionnellement talentueux

Depuis l’annonce du décès de Lutumba, les réactions fusent de partout de la part de plusieurs personnalités politiques, culturelles, économiques. Au nombre de ces réactions, celle de l’ancien président de la République et autorité morale du Front Commun pour le Congo (FCC), Joseph Kabila Kabange. «L’Autorité morale du FCC, son excellence le Président de la République Honoraire Joseph Kabila Kabange, a appris tôt ce matin avec une très grande consternation, le décès à Paris, de l’Artiste musicien de renommée internationale, Lutumba Masiya Simaro (…). Fort des mérites de l’illustre disparu reconnus de son vivant, et des souvenirs des moments fraternels et chaleureux passés avec lui, l’Autorité morale du FCC salue la mémoire du poète Simaro et lui rend un vibrant hommage », rapporte le Front Commun pour le Congo (FCC) dans un communiqué publié ce samedi.

Joseph Kabila parle particulièrement d’«un artiste exceptionnellement talentueux qui a su marquer son temps d’une empreinte spéciale. Sincères condoléances à sa famille biologique et à l’ensemble de la communauté artistique, nationale et internationale», note la source.

Augustin Matata salue la mémoire d’une pièce rare

L’ancien Premier ministre Augustin Matata salue la qualité du travail artistique de l’illustre disparu. «Mes sincères condoléances à la famille de l’artiste Lutumba, ce monument de la musique congolaise, que j’ai eu à recevoir personnellement à la Primature pour lui exprimer les remerciements de la République pour la qualité de son travail artistique. Il était une pièce rare», écrit l’ancien Premier Augustin Matata.

Perte d’un génie, selon Julien Paluku

Pour le gouverneur honoraire de la province du Nord Kivu, Julien Paluku, le monde, l’Afrique et la RDC ont perdu un génie. «Me trouvant dans la partie Nord du Nord-Kivu, j’adresse mes sincères condoléances à la famille du poète Simaro Lutumba. Il est et restera génial par l’inspiration qui l’a caractérisé pendant les 60 ans de sa carrière. Le monde, l’Afrique et la RDC ont perdu un génie de notre temps», regrette le gouverneur honoraire du Nord-Kivu.

Simaro accueillait les critiques et même des railleries avec un sourire conciliant, selon un ami d’enfance

«Il n’est pas facile de parler d’un copain d’enfance de manière exhaustive alors que la vie publique a vu chacun évoluer de son côté. Mais je reconnais avoir été, de temps en temps, avec le défunt», reconnait une de ses vielles relations, Gabriel Kakenze, journaliste à l’ACP.

Réservé, un regard quelque peu absent, Simaro Masiya accueillait les critiques et même des railleries avec un sourire conciliant. Mes œuvres, affirmait-il, au cours d’un entretien à bâtons rompus, ont pour origine la vie courante d’où je puise des faits d’actualité. Pour illustration, Lutumba rappelle une de ses réussites : «MABELE».

Alors qu’il revenait d’un concert, un couple debout devant l’hôpital pédiatrique de Kalembelembe lui fit signe de s’arrêter. Bien que pressé de regagner la maison à ces petites heures, Simaro nous exprime son étonnement et se pose la question de savoir pourquoi il avait appuyé sur la pédale de freins avant de faire «machine» arrière.

Le bébé dans les bras maternels l’obligea à conduire le couple à l’hôpital Mama Yemo où l’enfant rendit l’âme avant même de descendre du véhicule. Le pénible spectacle de la douleur des jeunes parents pour leur premier fruit d’amour peina fortement Lutumba qui lui inspira ce thème : «Mabele», une illustration parmi tant d’autres qui font de Simaro un érudit de la musique congolaise moderne. ACP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here