RDC-Présidentielle 2018 : Martin Fayulu annonce « 10 mesures décisives qui vont radicalement changer la RDC »

0
87

« Je veux être le président qui protège les Congolais », a affirmé vendredi 30 novembre 2018, Martin Fayulu, candidat de la coalition Lamuka, à la présidentielle de 2018. Lors de la présentation de son programme « Pour un Congo digne et prospère » axé sur dix mesures, il a aussi promis de « faire régner la paix et la sécurité au Congo ».

Les dix priorités de Martin Fayulu

Pour réaliser son programme, Martin Fayulu compte mobiliser 126 milliards USD en cinq ans. Il promet également de s’investir pour la prospérité des Congolais, pour égrener ses 10 mesures « décisives qui vont radicalement changer la RDC », pendant ses 100 premiers jours comme Président de la République.

Une fois élu, l’aspirant Fayulu compte décréter « L’Etat d’Urgence Agricole » pour que plus aucun congolais ne meurt de faim endéans un an.

« Le camp Kokolo va déménager de Kinshasa vers Beni. Nous allons avoir un camp militaire digne de ce nom, équipé, avec des militaires formés, avec des instructeurs compétents. Je vais créer au sein des FARDC une force spéciale d’intervention militaire de lutte qui va s’installer au nouveau Camp Kokolo de Beni. Mettre sur pied et déployer tout le nom des frontières de l’Est du pays, des « unités de surveillance des frontières et d’alerte », a déclaré Martin FAyulu.

Sur le plan diplomatique, le candidat de la coalition Lamuka classe comme urgence diplomatique une réunion spéciale du Conseil de sécurité des Nations Unies pour parvenir à éradiquer définitivement toutes les rébellions dans l’Est du pays :

« Je veux exiger du Conseil de sécurité, conformément au chapitre 7 de la charte des Nations unies, la mise en place non seulement d’un +plan d’éradication complète de toutes les rebellions qui déstabilisent l’Est du pays+, mais aussi un « programme ferme et précis de rapatriement forcé de tous les rebelles étrangers vers leur pays d’origine ».

Martin Fayulu se donne par ailleurs comme nécessité nationale : ordonner un Programme de Correction des contrats miniers et pétroliers.

Il entend, par ailleurs, rétablir la sécurité et l’Etat de droit ; valoriser le capital humain du Congo ; diversifier l’économie ; aménager le territoire ; et lutter contre les changements climatiques.

Pour sa « priorité des priorités : la sécurité ». Martin Fayulu promet – s’il est élu –  de déménager le camp Kokolo, la principale base logistique de l’armée congolaise, de Kinshasa à Beni dans l’Est du pays, et d’y installer une « force spéciale d’intervention militaire d’élite ».

Il promet aussi de renforcer la surveillance aux frontières, de créer une Cour pénale spéciale en RDC pour juger les auteurs de crimes les plus graves perpétrés depuis 2011 et d’exiger une réunion spéciale du Conseil de sécurité des Nations unies pour demander des comptes à la Monusco.

« Tous les jours, au nez et à la barbe des casques bleus, les rebelles venus de l’étranger sèment la terreur au Congo, tuent et décapitent les Congolais. A quand une réaction de choc des forces des Nations unies pour éradiquer de manière définitive toutes ces rébellions qui gangrènent l’est de notre pays ? », demande-t-il.

Autre préoccupation de Martin Fayulu : lutter contre la malnutrition. Il promet pour cela de « réquisitionner tous les moyens de l’Etat ». « Dès mon entrée en fonction, je décrète l’état d’urgence agricole pour que plus aucun Congolais ne meure de faim ! ».

Le candidat prévoit aussi de mettre sur pied un « tribunal de probité publique » pour lutter contre la « corruption » et enfin de réviser les contrats miniers et pétroliers de la RDC pour « imposer le privilège national ». Et exiger de la part des entreprises des contreparties en termes d’emploi infrastructures et de préservation de l’environnement.

Les 10 hommes clés du dispositif de Martin Fayulu

Le candidat commun de la coalition Lamuka, Martin Fayulu, a révélé le 26 novembre 2018 la liste de son « état-major » de campagne. On y retrouve ses proches mais surtout des lieutenants de Jean-Pierre Bemba et de Moïse Katumbi, ses principaux alliés. Zoom sur le dispositif.

Il n’a pas encore officiellement démarré sa campagne, mais son nom est partout. Martin Fayulu, candidat surprise de la coalition Lamuka [« Réveille-toi », en lingala], gagne chaque jour en notoriété. Réputé pour son activisme sur le terrain aux côtés des manifestants anti-Kabila, l’ex-député pousse même son avantage sur les réseaux sociaux : il a gagné plus de 100 000 nouveaux followers sur Twitter depuis sa désignation, le 11 novembre 2018.

C’est l’une des retombées du soutien à sa candidature à la présidentielle de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, deux poids lourds de l’opposition en RDC. Et Martin Fayulu leur a rendu la pareille le 26 novembre, en révélant la composition de son « état-major » de campagne, dont les principales fonctions reviennent aux lieutenants de ses deux alliés.

La direction nationale de campagne de Martin Fayulu a été confiée à Pierre Lumbi. Cet ancien conseiller spécial du président Joseph Kabila est aujourd’hui président du G7, regroupement politique des frondeurs de la majorité au pouvoir qui avaient choisi de soutenir la candidature – désormais impossible – de Moïse Katumbi à la présidentielle.

Équilibre Est-Ouest

Un choix qui serait justifié par le besoin d’équilibre géographique : « Notre candidat est de l’Ouest, son directeur de campagne devait être de l’Est. C’est pourquoi Pierre Lumbi, qui vient du Grand Kivu, a été désigné », explique un leader de Lamuka.

Trois autres proches de Moïse Katumbi ont également été nommés à des postes stratégiques : son directeur de cabinet et porte-parole Olivier Kamitatu sera en charge de la communication et des nouvelles technologiques de l’information et de la communication du candidat Martin Fayulu, son allié et patriarche Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza s’occupera de la campagne au Katanga – aujourd’hui démembré en quatre provinces – et son conseiller principal et bras droit Salomon Idi Kalonda Della tiendra la trésorerie.

Le camp Bemba présent

L’opposant Jean-Pierre Bemba, candidat invalidé, a également placé ses hommes dans le dispositif Fayulu. La secrétaire générale de son parti Mouvement de libération du Congo (MLC), Eve Bazaiba, a été nommée directrice de campagne adjointe en charge des médias et porte-parole de Martin Fayulu.

Désiré Mbonzi wa Mbonzi et Fidèle Babala, deux autres ténors du MLC, prendront eux respectivement le volet « mobilisation et propagande » et la gestion de la campagne dans la ville de Kinshasa.

Quant au candidat Martin Fayulu lui-même, trois de ses fidèles comptent parmi les 10 hommes clés de son équipe de campagne. Il s’agit de son compagnon de lutte et ami Albert Fabrice Puela, député de Matadi (ouest du pays), du professeur Mathieu Kalele-ka-Kabila, coordonnateur adjoint de la Dynamique de l’opposition et du rappeur Alex Dende alias Lexxus Legal, candidat aux législatives dans la capitale.

RO/JA/CR

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here