RDC-Présidentielle 2018 : le Palu A. Gizenga aussi « out », le MLC Bemba installe un « Comité de crise »

0
70

Le patriarche Antoine Gizenga ne prendra pas part à la présidentielle du 23 décembre 2018. En effet, il a été invalidé mardi 04 septembre 2018 par la Cour Constitutionnelle à cause du dépôt de sa candidature et de la signature des formulaires ad hoc par «une personne sans qualité», en l’occurrence son fils Gizenga Lugi, Secrétaire Permanent du Palu.

Après examen du dossier, la Cour Constitutionnelle a constaté que selon l’organisation interne du regroupement politique «Palu et Alliés», celui-ci a pour président du Conseil Antoine Gizenga. En cas d’empêchement, il est représenté par son vice-président. Par conséquent, Gizenga Lugi ayant signé lui-même la lettre lui conférant la qualité de mandataire en lieu et place d’Antoine Gizenga, l’acte de candidature du précité est considéré comme nul.

La Cour Constitutionnelle a stigmatisé le fait que le regroupement politique «Palu et Alliés», qui disposait de 5 jours pour corriger les différentes rrégularités relevées dans le dossier d’Antoine Gizenga, n’a rien fait pour régulariser sa situation.

Ainsi donc, le patriarche a rejoint Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito dans le boxe des exclus de l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.

Signalons que la requête de Paul Moka, a été également déclarée recevable mais non fondée, en raison de l’absence de la preuve de paiement de la caution par le précité. Il ressort de l’examen du prétendu transfert, par la banque belge ING, de 160.000 FC à la Banque Centrale, pour le compte de la Ceni, via la DGRAD, que les fonds en question ne sont pas arrivés à destination.

Avec l’élimination de Bemba, Muzito, Gizenga et Moka, la course à la résidentielle reste ouverte à 21 candidats.

Le MLC met installe un « Comité de crise »

L’invalidation de la candidature du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018 par la Cour Constitutionnelle a poussé le Mouvement de Libération du Congo (MLC) à réagir, mardi 4 septembre 2018 en son siège national, situé dans la commune de la Gombe.           Ainsi, le MLC ne lâche pas prise et rassure ses nombreux militants et alliés qu’il va utiliser toutes les voies légales  jusqu’à arracher pour une alternance pacifique du pouvoir.

Dans sa déclaration politique lue par la Secrétaire générale, Eve Bazaiba, entourée du Secrétaire général adjoint Alexis Lenga et de l’inspecteur général Jacques Djoli, le MLC continue à soutenir la théorie du complot contre Bemba.

Pour l’oratrice, l’encrage politique du « Chairman » sur l’étendue de la RDC, surtout avec le 1er test de popularité observé lors de son retour triomphal à Kinshasa, le 1 aout 2018, fait peur au régime en place.  Sonnant l’alarme pour la énième fois, elle  accuse la Centrale électorale et son président, Corneille Naanga, d’être à la solde du régime en place. Elle a dénoncé également l’instrumentalisant du Pouvoir judiciaire RD-Congolais en général et de la Cour Constitutionnelle en particulier, qui selon elle, « rend des Arrêts sur commande politique ».

S’inscrivant dans la dynamique de l’unité d’action avec les autres forces vives de la nation, elle a annoncé la mise sur pied d’un comité de crise en ollaboration avec les autres forces du changement pour élaborer un agenda des actions citoyennes à mener dans un proche avenir.

DECLARATION DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO A LA SUITE DE L’INVALIDATlON DE SON PRESIDENT NATIONAL, LE SENATEUR JEAN- PIERRE BEMBA GOMBO, A L’ELECTION  RESIDENTIELLE DU 23 DECEMBRE 2018 PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE

Chers frères et soeurs patriotes congolais, le leader du MLC, Candidat du peuple congolais, le Sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo, a été empêché arbitrairement et irrégulièrement par la CENI et la Cour Constitutionnelle, de s’acquitter de son devoir citoyen, en qualité de candidat Président de la République avec d’autres concitoyens comme Adolphe MUZITO, et Moise KATUMBI contraint à l’exil, Diomi NDONGALA, Franck DIONGO et Jean Claude MUYAMBO détenu en prison.

Face à cette imposture de mauvais goût qui plonge à coup sûr la RD Congo dans une situation de chaos, le MLC prend solennellement ce jour, toutes ses responsabilités face à l’histoire en tant que partie prenante au processus consigné dans l’Accord de la Saint Sylvestre. Le MLC fait les constats suivants:

-L’inféodation totale de la CENI constituée totalement des agents au service du régime en place et dirigée par Monsieur NAANGA, qui n’obéit qu’aux injonctions du pouvoir et refuse toute concertation avec les parties prenantes et décidé d’amener le peuple congolais aux élections de manière non consensuelle afin de consolider la confiscation du pouvoir par la famille politique de Monsieur KABILA ;

–  L’instrumentalisation du pouvoir judiciaire en général et de la Cour Constitutionnelle en particulier qui rend des Arrêts sur commande politique qui dénaturent le système légal, mettant ainsi en danger la suite du processus électoral;

-Toutes les institutions politiques et administratives ont perdu leur neutralité. L’armée, la police, les services de sécurité, les autorités politico -administratives sont embarquées dans la dynamique d’un parti-Etat au service d’un homme et ses acolytes.

De ce qui précède:

  1. Le MLC et ses alliés se sont engagés à évaluer dans un plus bref délai, l’ensemble du processus électoral et communiquer sur la décision de poursuite ou non de leur participation au processus encours, ou encore sur la nécessité de requalifier le processus et restructurer la CENI ;
  2. Le MLC maintient sa collaboration avec toutes les forces vives de la nation afin de faire échec aux institutions inféodées notamment la Cour Constitutionnelle ;
  3. Le MLC rappelle à l’opinion tant nationale qu’internationale sa bonne foi suffisamment démontrée pour l’aboutissement heureux de ce processus. A ce jour, personne ne pourra lui reprocher une inclinaison active vers des actions citoyennes de grande envergure;
  4. Le MLC annonce par conséquent la mise sur pied d’un comité de crise en collaboration avec les autres forces de changement pour élaborer un agenda des actions citoyennes; afin d’amener le peuple congolais à reconquérir ses droits souverains confisqués par un groupe de prédateurs;
  5. Le MLC demande à toutes les forces vives de demeurer mobilisées et unies pour arracher une véritable alternance à la suite d’un processus électoral inclusif et crédible pour un Congo nouveau.

Que vive le peuple congolais

Que vive le MLC,

Que vive le Président National Jean -Pierre BEMBA GOMBO,

Avec Dieu nous vaincrons!

Fait à Kinshasa, le 04 septembre 2018

Honorable Eve Bazaiba Masudi

Secrétaire Générale

 

 

 

Lephare/CR

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here