RDC-Présidentielle 2018 : F. Matungulu a déposé sa candidature pour « redonner aux Congolais la dignité et le prestige national perdus »

0
47

Le professeur Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir, président national de Congo Na Biso (CNB) plébiscité comme candidat pour le compte du regroupement politique SYENCO (Synergie électorale pour notre Congo),a déposé, mardi 7 août 2018, sa candidature pour la présidentielle du 23 décembre prochain à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), accompagné de milliers de partisans.

 

« Je demande à la population de s’approprier véritablement ce processus électoral, de façon qu’à son aboutissement on crée un nouveau contexte : un contexte de progrès dans lequel on peut travailler », a-t-il déclaré.

 

Au peuple congolais, il promet de mettre son « énergie » et son « savoir-faire au service de la nation, de l’amélioration des conditions de vie des populations et de redonner aux Congolaises et aux Congolais la dignité et le prestige national perdus ».

 

Considéré par ses partisans comme « le Père de la stabilité monétaire, du pont Kiyimbi (Matete-Lemba à Kinshasa), du Bureau central de coordination (BCECO) et du Fonds social de la République démocratique du Congo  lorsqu’il était à la tête du méga-ministère Budget-Finances-Economie (2001-2003), Freddy Matungulu entend « redonner au peuple congolais le précieux leadership patriote, pédagogique et respectueux des institutions du pays ; un leadership incarné par un Magistrat Suprême qui prêche par l’exemple, respecte et fait respecter la loi, est proche des Congolais, les écoute et les comprend ».

 

Etant d’avis que « le pays a besoin d’une personne dotée d’une expérience dans la gestion de la chose publique pour améliorer sa situation extrêmement difficile», il constate que «le problème de notre Congo aujourd’hui c’est l’absence de ce précieux leadership ».

 

Sa conviction est que « la finalité de la quête pour la Magistrature suprême est de faire enclencher en RDC un processus d’amélioration constante et pérenne du social des Congolais ».

 

« Un domaine dans lequel j’ai des idées et une expérience professionnelle établies », a soutient Freddy Matungulu.

 

Freddy Matungulu : «Pourquoi je veux devenir Président»

 

Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget dans le tout premier gouvernement du président Joseph Kabila, entre 2001 et 2003, le professeur Freddy Matungulu est une référence dans l’envol économique de la RDC.

 

C’est avec lui que la RDC a renoué en 2001 avec les institutions de Bretton Woods (FMI et Banque mondiale). Après s’être retiré de la vie politique – à la suite de sa démission du gouvernement en mars 2003 – Freddy Matungulu s’était retranché au FMI. Retraité du Fonds, il a retrouvé sa liberté d’expression et nourrit désormais des ambitions présidentielles.

 

« Je crois à la solidarité, à l’entraide entre les filles et le fils de mon pays, la République démocratique du Congo. Je crois au respect des lois de la République. Je crois au devoir d’intégrité de ses dirigeants. Ces valeurs, j’aspire à l’incarner humblement à la tête de notre pays si vous me faites honneur de porter à la magistrature Suprême lors de la prochaine élection présidentielle », dit-il aux Congolaises et Congolais.

 

Du fait que la RDC « ne dispose pas aujourd’hui de ressources morales et de leadership pour un président pour la gestion efficace du profit de la population de notre population », Freddy Matungulu croit « en la fin de la marginalisation politique du peuple congolais ».

 

« Je lui ferai visiter son lieu souverain à la table des grandes décisions qui concerne le destin et l’avenir de la nation. Sous mon mandat, le peuple congolais a retrouvé son droit de sanctionner les dirigeants. Il réintègre le Patron et les dirigeants ses dignes serviteurs. Je cherche un pays où la personne n’est pas au-dessus de la Loi », promet-il.

 

Il « souhaite créer une société ouverte à débattre, à la fois de ses idées et de ses opinions dans lesquelles le vote sera le choix des choix politiques des électeurs » et garantit « la représentativité des élus grâce à la tenue des élections, à la liberté et à la transparence, ainsi qu’à l’obligation pour les gouvernants de rendre compte au peuple ».

 

« J’ambitionne, si vous me donnez un mandat, que vous transformez les ressources naturelles du pays en richesses pour ses populations. Pour y arriver, je mets en place dans un environnement qui fait appel à tous les Congolais, pour commencer par les plus défavorisés, pour être à la recherche dans la conduite de la nation, pour mettre leurs talents au service du pays. Dans cette perspective, le prestige social de la bonne éducation est rétabli et le travail bien fait reconnu à sa juste valeur », promet-il encore au peuple congolais.

 

Comme il l’avait fait lorsqu’il était ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, il va « relancer le combat contre la corruption et les abus de pouvoir » et, « sans faire la chasse aux sorcières », il s’emploiera à « faire de la République démocratique du Congo un Etat de droit respectable ».

 

Selon Freddy Matungulu, « cette respectabilité du pays est une référence pour le retour des investisseurs, pour les compatriotes de la diaspora, et pour la création d’emplois, les générateurs et les porteurs de revenus des écuries pour nos populations, dans tous les grands secteurs de l’économie »,

 

Qui est Freddy Matungulu ?

 

Fils d’Agent de la Territoriale Congolaise, Freddy Matungulu voit le jour le 04 Janvier 1955 à Lubembo,

 

Province de Bandundu, en République démocratique du Congo. Elève brillant des Ecoles Catholiques du Congo, il a son premier certificat d’études en 1967 à l’Ecole Primaire Saint Joseph de la ville de Bandundu, alors Banningville. Après les études secondaires à l’Institut Saint Jean-Baptiste de la Salle, toujours à Bandundu, sanctionné par un Diplôme d’Etat en 1973, il s’inscrit à la Faculté des Sciences Economiques de l’Université de Kinshasa (UNIKIN). En 1977 Il y décroche, avec mention Distinction, une licence en sciences économiques, option économie internationale et monétaire.

 

Nommé Professeur Assistant, Freddy Matungulu est également embauché, au cours de la même année, au siège de la Banque Zaïroise Extérieur (Banque du Peuple), à ​​Kinshasa, en qualité d’analyste des crédits.

 

En 1980, tant qu’Assistant à l’UNIKIN, il y a une bourse du gouvernement américain et une partie Outre-Atlantique pour poursuivre ses études. Il se spécialise dans un diplôme d’anglais et d’économie à l’Institut d’économie de l’Université du Colorado, à Boulder. Vient ensuite, en 1981, un diplôme d’anglais de l’Université d’État de New York à Buffalo. En 1983, il a obtenu une maîtrise en économie internationale à l’école Fletcher, Université Tufts, dans la région de Boston, Etat du Massachusetts.

 

Pendant la même période, il convient de suivre une formation en économie à la prestigieuse université de Harvard, à Boston. Avide de connaissances, son fils universitaire et son doctorat en sciences économiques en 1986. Il est question de: «Politique des taux de change, allocation des ressources et modèles de croissance dans l’économie zaïroise, 1967-1983». politique des taux de change et impact sur les mécanismes d’allocation des ressources et la croissance dans l’économie zaïroise: 1967-1983 « ).

 

e retour au pays en 1986, il regagne la Faculté des Sciences Economiques de l’UNIKIN et se consacre au noble métier de l’enseignement. Comme Professeur Associé, il dispense les cours d’économie politique et de politique monétaire. Il enseigne aussi, pendant une année, le cours de la monnaie et du crédit à l’Institut supérieur de commerce de Kinshasa.

 

En quête d’expérience dans la gestion de l’Etat, le professeur Matungulu accepte, de 1986 à 1992, les postes de conseiller dans plusieurs ministères de son pays:

 

– Conseiller Spécial du Vice Gouverneur de la Banque Centrale du Congo

 

– Conseiller Economique au Ministère du Plan

 

– Conseiller Principal au Ministère des Transports et Communications

 

– Conseiller Principal au Ministère du Commerce Extérieur

 

– Conseiller Economique au Ministère du Budget

 

– Coordinateur de la cellule d’etudes du ministère du Budget

 

– Conseiller Principal et Coordinateur du Collège des Conseillers Economiques et Techniques au Cabinet du Premier Ministre

 

– Conseiller principal au Cabinet du ministère du budget

 

En juillet 1992, le Fonds Monétaire International (FMI) à Washington, aux États-Unis, en tant qu’économiste.

 

En 1994, il crée le prix Professeur Matungulu, a pour but de récompenser chaque année le meilleur étudiant de première licence en sciences économiques de l’UNIKIN (toutes options confondues). En effet, pour le Professeur Matungulu, un système éducatif de qualité, pour la création de compétences nécessaires au bon fonctionnement des différents domaines de la nation, constitue le socle du développement socio-économique durable d’un pays.

 

En 1998, Freddy Matungulu se voit confier le poste de Représentant résident du FMI au Cameroun, où il supervise à la grande satisfaction des autorités de ce pays, le programme de réforme économique débuté en 1996 Un important allégement de dette extérieure au titre de l’Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

 

En avril 2001, il est nommé ministre de l’économie, des finances et du budget de la RDC. Durant son mandat à la tête du ministère, il exécute en temps opportun un programme de stabilisation économique et financier, maîtrise l’inflation, stabilise la monnaie nationale et permet le retour de la croissance économique après une période de récession . La coopération multilatérale entre la RDC, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international est rétablie. La communauté internationale s’engage à soutenir le Congo dans ses efforts de redressement économique.

 

En février 2003, Freddy Matungulu démissionne de son poste de ministre des Finances. Décriant au sein du gouvernement des abus dans la gestion des ressources publiques, il ne faut pas trahir ses convictions en abandonnant son fils poste d’argentier national.

 

En Juillet 2003, il opère le Fonds monétaire international où il assure les fonctions d’économiste / chef d’équipe paye pour la conception et le suivi des programmes économiques de nombreux pays ayant des accords d’aide financière et technique avec le FMI.

 

  1. Matungulu prend une retraite anticipée du Fonds monétaire international. Il a l’intention de suivre le cours pour la présidentielle de 2016. Le professeur Matungulu est le premier à suivre les cours sur les niveaux universitaires et postuniversitaires, à suivre un parcours professionnel élogieux. Cela a été possible pour lui que grâce aux diverses bourses d’études à la disposition de la jeunesse congolaise par l’Etat zairois / congolais.

 

Il proclame sa volonté de toujours rester à la disposition de la nation congolaise, et de répondre favorablement à tout appel du peuple congolais.

 

Homme de grande expérience et d’intégrité, Freddy Matungulu présente le profil idéal du compatriote qui peut aider le RDC à se présenter au travail en utilisant les compétences de ses filles et fils.

 

 

Angelo Mobateli

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here