Le président angolais Lourenço réaffirme son soutien à la stabilité en RDC

0
88

« L’Angola continuera à faire tout son possible pour aider les autorités et le peuple congolais démocratique à vivre en harmonie, dans un environnement unique qui peut assurer le développement de la RDC », a déclaré le chef de l’Etat angolais, João Lourenço.

 

« La RDC a plus de 2500 kilomètres de frontière avec l’Angola. Seulement pour cette raison, il est dans l’intérêt de l’Angola qu’il y ait une stabilité dans ce pays voisin », a-t-il souligné lors d’une interview accordée récemment à la chaîne de télévision Euronews.

 

Pour l’homme d’Etat angolais, pour différentes raisons, la République Démocratique du Congo ne capitalise pas au maximum ses potentialités.

 

En RDC, il existe un accord entre l’exécutif et l’opposition, dont l’Eglise catholique a l’intermédiaire, qui exige la tenue d’élections libres le 23 décembre et que l’actuel président de la République ne présente pas sa candidature.

 

Selon le président angolais, tout ce qu’on veut, c’est que cet accord soit respecté, car le non-respect du même peut conduire à des bouleversements politiques et sociaux sur le territoire de la RDC, qui ne sera pas agréable pour les Congolais et les pays voisins.

 

« Cette préoccupation ne concerne pas seulement l’Angola mais, en général, de tous les autres pays voisins. Nous sommes neuf, en tout, qui partageons des frontières avec la RDC, et nous suivons de près l’évolution de la situation », a-t-il précisé.

 

Interrogé sur ce qu’il faut faire, si cet accord échoue, le président a déclaré : « nous sommes neuf pays autour (de la RDC), ce n’est pas seulement l’Angola qui souffrirait. C’est ce que nous voulons éviter, donc il vaut toujours mieux prévenir que guérir et nous travaillons dans ce sens, nous parlons régulièrement, avec une certaine régularité, au président Joseph Kabila ».

 

« Nous sommes disponibles pour continuer à le conseiller, c’est tout, ce ne sont que des conseils, et il est libre d’accepter ou de refuser nos conseils », a déclaré l’homme d’Etat angolais, ajoutant : « si nous disons que nous voulons la stabilité, alors tout que nous ferons sera dans l’intérêt de la stabilité, pour tous.  »

 

JOSEPH KABILA EN ANGOLA « DANS LES PROCHAINS JOURS »

 

Le président Joseph Kabila devrait se déplacer vers l’Angola pour y rencontrer son homologue João Lourenco dans les prochains jours, indique un document de l’ambassade d’Angola en RDC, cité par l’Agence Congolaise de Presse (ACP).

 

Selon ce document, qui rapporte des propos tenus par le Président angolais au cours d’une conférence commune avec le Président Emmanuel Macron à l’Elysée, João Lourenco souhaite que cette rencontre puisse se réaliser, soutenant «qu’il n’y a aucune conspiration contre la RDC, ni la prétention d’intervenir dans ses affaires intérieures».

 

«La RDC est un pays avec près de cent millions d’habitants et fait frontière avec neuf pays africains, ceci pour dire qu’aucun d’entre nous ne veut voir s’installer l’instabilité en RDC, qui entraînerait des conséquences dans la région de l’Afrique centrale, dans la région des Grands lacs et même dans celle de la SADC », a déclaré le chef de l’Etat angolais, cité par ce communiqué, qui évoque la contribution des pays voisins pour une meilleure tenue des élections libres, transparentes et crédibles en RDC.

 

L’ANGOLA POURRAIT FORMER DES OFFICIERS EN BELGIQUE

 

L’Angola pourrait devenir l’un des pays à former des officiers à l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles, seule université belge placée sous la tutelle de l’Etat Fédéral.

 

La formation de militaires angolais à l’école avec 184 ans d’existence est encore une possibilité à analyser par l’Angola.

 

Pour constater le fonctionnement de l’académie, le Président de la République, João Lourenço, a visité l’institution lundi.

 

Dans l’école supérieure, le Chef de l’Etat angolais a visité, entre autres divisions, la galerie des généraux.

 

C’est un local où sont éternisées les personnalités qui ont marqué l’histoire de l’Ecole Royale Militaire.

 

Fondée le 7 septembre 1834, l’institution prépare des officiers de l’armée belge, des pays membres de l’Union européenne et même de l’Afrique.

 

Avec le campus principal rénové en 2010, l’académie militaire a une capacité d’accueil d’environ 850 étudiants. À l’établissement, les cours sont dispensés en français, néerlandais et anglais.

 

LE PRESIDENT LOURENCO REGAGNE LUANDA

 

Le Président João Lourenço a regagné Luanda mercredi matin, en provenance de Bruxelles, où il avait effectué une visite d’état de 48 heures visant à renforcer la coopération bilatérale.

 

A l’aéroport international 4 de Fevereiro, João Lourenço, accompagné de la première dame, Ana Dias Lourenço, a été accueilli par le vice-président, Bornito de Sousa, les membres de l’Exécutif et les hauts fonctionnaires de son cabinet.

 

En Belgique, dernière étape de sa tournée européenne, qui l’a aussi conduit en France, João Lourenço a rencontré le roi Philippe, le vice-président de l’Union européenne, Federica Mogherini, le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le secrétaire général du Groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique, Patrick Gomes.

João Lourenço a tenu, dans la capitale belge, une rencontre avec des hommes d’affaires liés à la chambre de commerce, ainsi que ceux de l’industrie et agriculture-Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), les invitant à investir dans le pays.

En Anvers, le Chef de l’Etat a visité le centre mondial d’importation, d’exportation et de commercialisation des diamants, avant de se rendre à l’Institut de médecine tropicale, au siège de l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC) et au port d’Anvers.

Angop/ACP/CR

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here