RDC-Donateurs : Jessie Jackson félicite Samy Badibanga

0
51

«Depuis novembre 2017, Samy a entrepris de convaincre les Nations Unies, l’Union européenne et les pays développés de l’urgence et de la nécessité d’organiser une conférence internationale pour rassembler 1,68 milliard de dollars pour financer les besoins humanitaires du peuple de la RD Congo».

L’homme qui écrit ces mots dans une tribune publiée par plusieurs journaux et agences de presse, n’est pas n’importe qui, c’est Jesse Louis Jackson Sr en personne. Cette tribune intervient à la suite de la Conférence des donateurs qui a eu lieu à Genève le 13 avril 2018 en faveur des personnes vulnérables de la RDC. Cette grande personnalité américaine salue ainsi le rôle d’un homme, celui à l’initiative de cette conférence : le Premier ministre honoraire Samy Badibanga.

Jessie Jackson et Samy Badibanga se sont retrouvés à la résidence de Winnie Mandela pour les funérailles de l’ancien épouse de Nelson Mandela le vendredi 13 avril 2018.

Né le 8 octobre 1941 à Greenville (Caroline du Sud), Jesse Jackson est l’une des personnalités les plus respectées dans son pays pour son rôle historique dans la lutte pour les droits civiques, notamment ceux des Noirs américains. Compagnon de lutte de Martin Luther King, il était même à ses côtés à Memphis lors de son assassinat. Il a été candidat démocrate pour la nomination aux élections présidentielles, en 1984 et en 1988, ouvrant ainsi la voie aux Noirs américains, voie dans laquelle s’est engouffré plus tard un certain Barack Obama.

Avant donc Barack Obama et après la candidature symbolique de Shirley Chisholm, il est le premier Afro-Américain à obtenir suffisamment de soutiens pour avoir une chance de remporter la primaire du Parti démocrate, arrivant en troisième place avec 18,09 % des voix en 1984, et arrivant en deuxième place avec 29,12 % des voix en 1988. Pour cette deuxième tentative, il avait remporté de nombreux Etats tels que  l’Alabama, la Caroline du Sud, la Géorgie, la Louisiane, le Michigan, le Mississippi, la Virginie et le District de Columbia.

Mais l’homme jouit d’une grande respectabilité internationale. Ainsi, le 1er septembre 1990, c’est lui qui se rend à Bagdad et obtient la libération de 44 citoyens américains et de 2 députés allemands, pris en otages par l’Irak de Saddam Hussein lors de l’Opération Tempête du désert. C’est encore lui que le président Bill Clinton envoie à Kinshasa en 1997 afin de concilier Laurent Désiré Kabila, nouvel homme fort du pays, et Etienne Tshisekedi, leader du parti de l’opposition UDPS. Mais le chef de l’AFDL refusa de le recevoir au motif que l’envoyé américain avait rencontré le Lider Maximo avant lui. Furieuse, l’Amérique tira un trait LD Kabila.

C’est donc cet homme qui, de retour des obsèques de Winnie Madikizela Mandela, a tenu à rendre hommage à son «ami Samy Badibanga», pour saluer son action en faveur de la conférence des donateurs de Genève. «Samy a mené ce travail avec le cardinal Monsengwo et le révérend Bokundoa jusqu’au bout, et mérite une grande reconnaissance pour le bien et l’espoir qu’il vient d’apporter à son peuple», écrit-il. Et d’ajouter : «J’applaudis l’engagement décisif de Samy, sa foi en Dieu et en l’humanité, son travail et sa réussite avec les Églises du Congo».

Ci-après la tribune de Jesse Jackson.

« L’HOMME QUI A RÉVEILLÉ LE MONDE À PROPOS DU CONGO »

Par Reverend Jesse L. Jackson, Sr.

Enfin ! Le monde s’est réuni à Genève vendredi 13 avril pour rassembler le financement nécessaire pour apporter l’aide humanitaire aux populations désespérées de la RD Congo. Et ceci, suite aux efforts de l’ex-Premier ministre de la RDC, Samy Badibanga Ntita.

C’est la première fois que la communauté internationale se réunit pour rassembler le financement de l’aide humanitaire à un pays déchiré par la guerre, grand comme un quart des États-Unis, dont toute une partie de sa population vit dans des conditions inhumaines sinon infernales. Les cent millions de Congolais pensaient que la communauté internationale les avait abandonnés à leur sort, dans une crise cachée derrière les terribles nouvelles du Yémen et de la Syrie.

Les enjeux sont élevés, avec près de deux milliards de dollars nécessaires, ce qui montre à quel point cette méga-crise a été oubliée et sous-financée. Mais derrière les chiffres, il s’agit d’humanité. C’est un défi humain, un défi à la fraternité humaine et à la volonté politique d’apporter la solidarité mondiale là où les Hommes en ont le plus besoin.

La Conférence internationale des donateurs pour la RDC, c’est l’histoire incroyable de quinze millions de personnes dont les villages ont été incendiés, leurs hôpitaux, leurs écoles et leurs moyens de subsistance pillés et détruits.

Le peuple congolais du Kivu, du Kasaï, du Tanganyika et d’autres régions de la RD Congo a été attaqué par des hommes armés. Cinq millions d’entre eux ont été contraints de fuir et de se cacher dans les forêts après avoir été témoins de viols et d’assassinats brutaux d’hommes, de femmes et d’enfants, à coup d’armes à feu, d’essence et de machettes. Au Kasaï, au Kivu et en Ituri, ce sont des témoignages de survivants qui décrivent une tragédie affreuse qui évoque, en réalité un abattoir d’êtres humains.

Alors que nous venons de perdre Winnie Mandela, dont le combat victorieux contre l’apartheid en Afrique du Sud, restera comme une contribution éternelle à la liberté des Noirs en Afrique et dans le monde, la situation des Congolais est choquante et scandaleuse, il est incompréhensible et triste que 13 millions de personnes aient si désespérément besoin d’aide humanitaire après avoir subi tant de violence. Aujourd’hui, en effet, la RD Congo est le défi le plus important pour la dignité humaine et la solidarité mondiale en Afrique, sinon dans le monde.

C’est, en fait, une vérité et une situation embarrassante pour la communauté internationale : l’équivalent d’un 11 septembre est en train de se produire quotidiennement au Congo, depuis plus de dix ans, et le problème est maintenant exacerbé au Kasaï, au Kivu et en Ituri.

Nous nous souvenons également de notre compatriote Michael Sharp, qui a été brutalement tué et décapité au Kasaï, dans le centre de la RD Congo, avec Zaida Catalan, lors d’une enquête pour les Nations Unies. Nous prions pour eux et pour leurs familles. Bien que les Nations Unies aient lancé des appels d’alerte après l’été 2017, très peu de progrès et de financements ont été apportés. Avec si peu d’aide alimentaire ou de soins de santé, les organisations humanitaires sont contraintes à des choix impossibles, obligés de choisir d’aider soit un enfant soit sa mère.

Malheureusement, des informations indiquent également que le gouvernement ne facilite pas l’acheminement de l’aide, en réclamant des taxes sur l’aide humanitaire, et a finalement refusé de participer à la Conférence de Genève, pourtant si importante pour mobiliser le financement urgent de l’aide humanitaire.

Le révérend Jesse Jackson avec Bill Clinton, à l’époque président des Etats-Unis d’Amérique.

Nous devons cette toute première conférence internationale pour le peuple congolais à un homme du Congo, mon ami Samy Badibanga. Depuis novembre 2017, Samy a entrepris de convaincre les Nations Unies, l’Union européenne et les pays développés de l’urgence et de la nécessité d’organiser une conférence internationale pour rassembler 1,68 milliard de dollars pour financer les besoins humanitaires du peuple de la RD Congo.

Samy a mené ce travail avec le cardinal Monsengwo et le révérend Bokundoa jusqu’au bout, et mérite une grande reconnaissance pour le bien et l’espoir qu’il vient d’apporter à son peuple. Le monde voit maintenant, et sait ce qui se passe au Congo, et la vie quotidienne de millions de femmes, seules pour subvenir aux besoins de leurs enfants, au milieu de leurs villages brûlés, sans leurs maris souvent lâchement assassinés devant eux.

J’applaudis l’engagement décisif de Samy, sa foi en Dieu et en l’humanité, son travail et sa réussite avec les Églises du Congo. Nous prions maintenant pour que l’aide humanitaire apporte rapidement de la nourriture, des écoles, des soins de santé, un abri, de la protection et de la sécurité.

À Rainbow Push (https://RainbowPush.org), nous allons maintenant prier pour que l’espoir et la force remplissent le cœur de nos frères et sœurs en RD Congo. La foi sans actes est, en effet, une contradiction. Que Dieu bénisse Samy, le Congo et toute l’Afrique.

Gardons l’espoir vivant !

CHICAGO, États-Unis d’Amérique, 19 avril 2018

 

 

Rhodes Masamba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here