Politique

AFDC: viré après l’échec de son coup de jarnac contre Bahati, Placide Tshisumpa, le désormais Ex PN en détresse

M. Placide Tshisumpa, le désormais Ex Président National de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo (AFDC) est en détresse. C’est ce que révèle à la rédaction un de ses proches collaborateurs. Il n’a pas encore fini à digérer son angoisse à la suite du cuisant échec de son coup contre l’AFDC et son Autorité morale, qu’il pisse de détresse, son coeur étreint par un embarras critique. Alors qu’il développait dans un laboratoire azuréen, avec ses complices, un plan judaïsant qui consisterait à tromper la vigilance et s’attirer la bienveillance de son Autorité Morale, le Professeur Modeste Bahati Lukwebo qu’il s’est employé à poignarder dans le dos, Placide Tshisumpa Tshia Katumba est pris de cours par le très stratège Bahati. Ce dernier qui a suivi de très près les faits et gestes de celui qui était jusqu’alors son « homme de confiance » n’a pas tardé à démasquer et à déjouer le complot qui visait à dédoubler l’AFDC et à en créer des appendices inconnues de son N°1, pour affaiblir la deuxième force de la Majorité présidentielle. Cette aventure périlleuse s’est heurtée à la clairvoyance du patron de l’AFDC qui l’a tout simplement mis hors d’état de nuire avec une cure qui rappelle le Grand Maître Franco Lwambo Makiadi dans sa célèbre chanson « mokolo tonga, abotoli tonga… ».
*Est pris qui croyait prendre*
Qui sème le vent, récolte la tempête, dit-on. Aussi-tôt réunies les preuves de la traitrise orchestrée par Tshisumpa et sa bande d’apprentis sorciers, Modeste Bahati Lukwebo est passé à la vitesse supérieure, volant plus haut qu’un aigle.
Acte un, l’Autorité morale de l’AFDC a retiré à M. Tshisumpa le mandat de le représenter et d’engager le parti auprès de tous les partenaires politiques et sociaux. Dans un acte signé le 23 mars, le leader du regroupement politique AFDC et alliés donne mandat d’engager le regroupement vis-à-vis des autorités publiques, des tiers et du Secrétariat Général de la MP à Mme Marie-Jacqueline Rumbu Kazang. La 2ème Vice-présidente de l’AFDC devient donc l’interlocutrice valable pour le compte de son parti. Tshisumpa qui croyait se servir encore de sa signature pour nuire aux intérets de l’AFDC est ainsi viré, ou dumoins dépouillé des armes juridiques de sa traîtrise! L’incertitude s’installe dans le camp du « traître en chef ».
Acte deux, Modeste Bahati Lukwebo, autorité morale de l’AFDC et Ministre d’Etat, Ministre du Plan, a lancé, vendredi 23 mars 2018, un message d’alerte à ses compagnons qu’il exhorte de ne pas se laisser distraire par les anarchistes. Placide Tshisumpa, président national ad intérim de l’AFDC, élevé à ce poste après la nomination de Bahati au gouvernement est allé jusqu’à créer, à l’insu de son mentor, son propre parti politique ADPEC. Tshisumpa a, selon des sources au sein du parti, entrepris de déstabiliser l’AFDC non seulement en procédant au débauchage des cadres mais aussi en obligeant les camarades, cadres et membres de son ancienne formation politique à orienter les cotisations vers son parti inéligible aux élections ou à la Fondation portant son nom.
«Cette personne mal intentionnée s’évertue à induire toutes les fédérations en erreur en faisant croire que c’est l’autorité morale qui l’aurait autorisée à entreprendre cette démarche lugubre», ont décrié plusieurs cadres du parti contactés par l’incriminé.
Les traitres s’attendaient certainement à tout sauf à être déboulonnés si vite. Bahati est allé plus vite que le vent. Voilà qui les plonge dans une situation déconcertée.
Selon une source proche des « traitres », ils seraient déja en train de s’entremanger: « ils se retournent déjà les uns contre les autres, ils se révèlent dans leurs turpitudes et se reprochent mutuellement leur échec », confie notre source.
*Un coup d’épee dans l’eau*
Les détracteurs de l’AFDC et de son autorité morale ont visiblement mal apprécié l’aventure dans laquelle ils devraient se lancer. Du moins, ils ont mal choisi les acteurs. « Piétre chasseur qui espère tuer un élephant à l’aide d’une lance-pierre » rigole un cadre de l’AFDC.  Et ce dernier de poursuivre: « Tshisumpa n’avait pour force que la position de président national a.i à laquelle l’a hissé l’AM de l’AFDC. Il n’a pas de base, il n’a pas un tempéremment de leader. Maintenant que le Boss l’a coupé bras et jambes, il ne saura attirer aucun cadre ambitieux du parti dans son aventure sans lendemain ».
C’est pratiquement ce qu’illustre l’évolution de la situation sur terrain. Au-lendemain de l’alerte, les fédérations de l’AFDC à travers tout le pays ont, à travers des mémos et déclarations publiques, réaffirmé leur loyauté, leur indéfectible attachement ainsi que leur soutien sans faille au Chef de l’Etat Joseph Kabila et à l’autorité morale de l’AFDC.
Placide Tshisumpa est actuellement Président du conseil d’administration l’OCC, poste qu’il occupe pour le compte de l’AFDC. Va-t-il démissionner de lui-même par élégance politique? Va-t-il attendre d’être déchu de cette fonction? L’avenir nous en dira plus. Wait and see.
OBM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer