Non classé

VILLE MORTE A BUKAVU, DES BADAUDS PAYÉS PAR LES FORCES VIVES POUR CONTRE LA POPULATION A RESTER A LA MAISON

Les organisations de la sociétés civiles ont décreté une journée ville morte le mardi 02 aout 2017 sur toute l’étendue de la province du sud-kivu. Journée suivie différement dans differentes entités de la province. A Bukavu, les activités ont tourné au ralenti, sur différentes artères de la ville; les magasins n’ont pas ouvert, les marchés sont restés quasi-vide et certains magasins qui ont ouvert un peu tard ont vite fermé vers 14h. Au marche central de Kadutu, des enfants dits de la rue ont attaqué certains vendeurs qui ont étalé leurs marchandises et ont entrainé des pertes de biens et argents. A Idjwi et Walungu, le mot d’ordre a été suivi, sauf à Uvira et Fizi où le rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement a demandé à la population d’observer une journée ville morte en date du 08 août 2017 dans l’objectif de demander la publication du calendrier électoral.
La journée ville morte avait comme objectifs:
– de dénoncer la repression de la marche pacifique par les éléments de la Police Nationale Congolaise qui ont tiré à bout portant sur les manifestants en date du 31 Juillet 2017,
Dénoncer le comportement des autorités politico-administratives et policières qui s’engagent à violer le droit constitutionnellement reconnu au peuple, mais aussi exiger la publication du calendrier électoral.

Le président de la société civile du Sud-Kivu, Me Patient BASHOMBE a remercié la population pour avoir respecté le mot d’ordre appelant à la journée ville morte.
“Population congolaise du Sud Kivu, vous êtes brave! Vous venez de prouver à la face du monde qu’au-délà de la pauvreté et la famine nous imposées, nous pouvons tenir encore pour jouir pleinement de notre liberté et obtenir l’objet de notre revendication qui n’est rien d’autre que l’organisation des élections” a déclaré Patient Bashombe.

Des badauds payés par la société civile pour disperser les marchands

Le maire de Bukavu Philemon YOGOLELO LUTOMBE a tenu un conseil de sécurité le même jour, dans l’objectif d’évaluer la journée ville morte. Selon lui, les activités ont tourné normalement” pas de ville morte à Bukavu a souligné le maire.
Il a condamné l’attaque des vendeurs au marché de Kadutu, affirmant que les enfants de la rue ont été payés par la société civile pour créer un climat de psychose dans le chef de la population pour la contraindre à rester à la maison.
Signalons que cette journée ville morte est consécutive à la marche de lundi 31 juillet 2017 qui avait été reprimée par les éléments de la police, blessant 11 parsonnes par balles réelles.

Aboubakar Kigabi

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer