RDC-Haut Katanga : Kazembe déchu, la vice-gouverneure démissionne

0
253

L’assemblée provinciale du Haut-Katanga (sud-est de RD Congo) a voté à l’unanimité le mardi 18 avril 2017 la motion de censure contre le gouvernement provincial. Vingt-quatre députés provinciaux sur les trente que compte cet organe délibérant y ont pris part.

Le président du bureau de l’assemblée a indiqué que le gouverneur serait notifié de cette décision «dans les heures qui suivent», ajoutant que ce dernier doit déposer sa démission auprès du chef de l’Etat dans les 24 heures.

Vendredi 14 avril dernier, l’Assemblée provinciale a déclaré «recevable» à l’unanimité cette motion introduite par le député provincial Jean Mwandwe.

Avant de se prononcer sur la recevabilité de la motion, les députés provinciaux avaient pris connaissance du rapport d’une commission d’enquête parlementaire, a expliqué à Radio Okapi l’auteur de la motion.

Ce rapport pointe la mauvaise gestion de la province, les relations tendues entre le gouverneur et ses collaborateurs, des cas de passation des marchés publics en violation de la procédure ainsi que la non-exécution du budget tel que voté par l’assemblée provinciale.

Informé de la motion, le gouverneur de la province Jean-Claude Kazembe avait annoncé qu’il ne répondrait pas à l’invitation de l’assemblée provinciale qui devait l’auditionner avant de procéder au vote sur la motion.

Dans une correspondance qu’il a adressée samedi 15 avril au bureau de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga, il avait signifié que la matière sur laquelle elle voulait statuer est administrative et ne relève pas de sa compétence.

Le gouverneur dit s’en remettre au chef de l’Etat pour trancher ce différend.

La destitution du gouvernement provincial est votée en l’absence de M. Kazembe, qui a quitté sa province depuis lundi 17 avril pour Kinshasa.

La vice-gouverneure démissionne pour avoir « vécu un calvaire sous la gestion de Kazembe »

La vice-gouverneure du Haut-Katanga a démissionné le mardi 18 avril 2017 de ses fonctions quelques heures avant le début de la plénière qui a conduit à la destitution de Jean-Claude Kazembe au poste de gouverneur de province.

Dans une interview accordée à ACTUALITE.CD, l’adjointe de Kazembe a justifié sa démission par la mégestion décriée par les députés provinciaux au sein du gouvernement provincial du Haut-Katanga.

Pourquoi avez-vous démissionné avant la plénière ?

J’ai déposé ma démission ce matin. Parce que j’ai vu que ça ne marchait pas et en âme et conscience j’ai décidé de démissionner.

Que pouvez-vous nous dire de votre gestion à la tête de Haut-Katanga ?

Je n’ai pas voulu être complice dans le mal. Le chef de l’Etat nous avait confié cette province pour bien la gérer. Je ne pouvais pas cautionner n’importe quoi pendant que nous avons eu le mandat. J’ai constaté la mégestion qui a été décriée voire par les députés. C’est pour ça que j’ai décidé de démissionner avant que le bateau ne puisse chavirer. J’ai vu la confiance que le chef de l’Etat a placé en moi, j’ai décidé de démissionner en tant qu’élue du peuple.

Ne vous sentez-vous pas aussi complice de cette mégestion ?

Si j’étais complice, je n’aurais pas pu démissionner. J’aurais dû continuer dans cette voie. Mais quand j’ai remarqué que rien ne marchait, j’ai vu qu’en tant que femme je ne pouvais plus continuer à être complice dans le mal.

Comment se présente la situation socio-économique du Haut-Katanga ?

La situation est critique. C’est pour ça d’ailleurs que les députés ont décidé de monter au créneau. Le bilan est médiocre.

Comment envisagez-vous l’avenir de cette province ?

L’avenir sera très meilleur ne vous en faites pas. Si j’ai décidé de démissionner, c’est pour essayer de changer les choses. Qu’on ait quand-même des gens qui peuvent prendre conscience et la charge de travailler avec la population.

Serez-vous candidate gouverneur ?

Non je ne me prononce pas encore à ce sujet.

Que dites-vous à ceux qui pensent que Kazembe était là pour la cause de Moïse Katumbi ?

Ça ne me concerne pas. En voyant des actes que Kazembe a posés, c’est déplorable. Je n’accuse personne mais je vous dis que j’ai vécu un calvaire. L’Assemblée provinciale a pris une bonne décision. Voilà je rentre sur la bonne ligne de conduite et je renouvelle ma confiance au chef de l’Etat.

Interview réalisée par Stanys Bujakera

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here