Non classé

Joseph Kabila promet un Premier ministre ce vendredi

Chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila a promis mercredi 5 avril de nommer un nouveau Premier ministre ce vendredi 7 avril 2017, C’était dans une allocution devant les deux chambres du Parlement réunies congrès. Outre ce point, il a évoqué que le poste de Président du Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre -qui définit le partage de pouvoir entre la Majorité et l’Opposition- sera examiné par le Parlement. A ce sujet, le président Joseph Kabila a exhorté la classe politique à poursuivre les tractations pour trouver une personnalité consensuelle.

« Au cours de ces dernières 48 heures, j’ai été à l’écoute de la classe politique et sociale qui a répondu à mon invitation spécialement sur la question de la désignation d’un nouveau Premier ministre. Un large consensus s’étant dégagé sur les critères de la personnalité à choisir pour ce poste, j’invite le Rassemblement à surmonter ses querelles intestines et harmoniser les vues sur la liste des candidats Premier ministre requis et souhaité depuis plusieurs mois en vue d’accélérer le processus de formation du gouvernement d’union nationale. », a déclaré le président Joseph Kabila qui a précisé :

« Le pays ne doit plus être l’otage des intérêts personnels et du positionnement des acteurs politiques, le Premier ministre sera impérativement nommé dans les 48 heures. Quant à la présidence du Conseil national de suivi de l’accord, je demande aux deux chambres du Parlement d’adopter rapidement la loi y relative

et en même temps, j’appelle à l’accélération des tractations au sein de la classe politique pour désigner une personnalité consensuelle. »

S’agissant de la situation socio-économique, Il a dit que l’environnement macro-économique laisse la population perplexe. C’est pourquoi, les négociations du centre interdiocésain avaient suscité des inquiétudes sur les deux points qui achoppent : la nomination du Premier ministre et du président du Conseil national de suivi de l’accord.

Le président Joseph Kabila a précisé : « Au Kasaï, des actes de barbarie inacceptables ont été commis : profanation des édifices publics, des lieux des cultes, des morts enregistrés dont deux experts de l’ONU. Pour toutes personnes qui ont perdu leurs vies. Et pour le président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, c’est pourquoi il a invité les parlementaires à observer une minute de silence.

C’est pourquoi, le chef de l’Etat ? Joseph Kabila a insisté : « Face aux atrocités commises sur les victimes innocentes et en raison de persistance de troubles, nous devons rétablir l’autorité de l’Etat par tous les moyens légaux. Une série d’ordonnances signées pour créer un centre opérationnel dans les Kasaï. Le gouvernement a été instruit pour accentuer sa présence dans ces milieux pour résoudre les nombreux conflits coutumiers. »

« Sept militaires des FARDC déjà aux arrêts répondront de leurs actes. Les crimes commis par les miliciens sur la population et les agents des Nations unies ne resteront pas impunis. Ils devront être sanctionnés conformément à la loi. Les enquêtes ont été ouvertes. En attendant, je lance un appel au calme dans le Kasaï Central et j’invite les jeunes engagés dans des aventures sans lendemain à déposer les armes et à cesser leurs aventures criminelles. »

Fragilité de notre tissu économique

S’agissant de la situation socio-économique, il a dit : « Je me fais le devoir de rappeler la fragilité des fondamentaux de notre tissu économique tourné vers le secteur tertiaire et marqué par l’importation des biens de première nécessité et l’exportation des matières premières, source principale du financement de notre mais dont nous ne contrôlons pas les prix. Si nous ne changeons pas ce paradigme, notre économie restera fragile. Tant que notre système fiscal sera lourd, le climat d’affaires ne sera pas propice à l’investissement et nous ne pourrons pas mettre fin à l’incivisme fiscal.»

« L’option est levée de soutenir le secteur privé productif en soutenant les PME, notamment celles engagés dans l’agro-industrie. Il faut produire ce que nous consommons. Conférer la valeur ajoutée à nos produits de consommation domestique et ceux destinés à l’exportation. Notre pays ne doit pas être indéfiniment un espace offrant des opportunités au pays tiers au détriment de sa propre population. »

« Lutte contre la fraude douanière et la contrebande. J’ai insisté pour que l’Assemblée nationale et le Senat adoptent dans les plus brefs délais d’une nouvelle loi sur la fiscalité dans la session en cours. Le gouvernement doit disposer des outils solides pour stabiliser de manière pérenne la situation en cours et de trouver des solutions pour le long terme. »

« A la jeunesse de notre pays : les mesures prises en novembre dernier s’appliquent notamment la promotion sur l’entreprenariat privé et la sous-traitance. Les entreprises du secteur public ont été instruites de résorber le chômage des jeunes. »

« Quant aux policiers et militaires, l’amélioration de leurs conditions de vie se poursuivra. Grace à la maitrise des effectifs, leur traitement s’améliorera. »

Le dialogue politique et l’organisation du cycle électoral

C’est au cours de son allocution que président Joseph Kabila a insisté sur l’option levée depuis 2015 d’engager la classe politique et sociale dans un dialogue pour organiser le troisième cycle électoral apaisé. Cela faisait suite aux efforts entrepris dans le même sens en 2012, lorsqu’il avait convoqué les concertations nationales. La recherche du consensus l’a inspiré une fois de plus dans la convocation du dialogue de 2015 tenu sous la facilitation internationale. Celui-ci a été précédé d’un pré-dialogue tenu dans plusieurs villes européennes avec l’UDPS avant le dialogue organisé a la cite de l’Union africaine.

Mais, le président Joseph Kabila a déclaré : « J’avais déféré à l’impératif de l’inclusivité pour un consensus plus large de confier la mission aux évêques en vue des négociations incluant le Rassemblement de l’opposition. En dépit de leurs efforts louables ayant permis l’atteinte de plus de 90% des résultats escomptés, leurs efforts ont achoppé sur deux points : la désignation du Premier ministre et du présidente Conseil national de suivi de l’accord. »

« L’objectif du dialogue reste l’organisation des élections, avait-il dit avant d’ajouter qu’il a félicité pour cela la CENI qui dans des conditions extrêmement

difficiles a fait un travail remarquable avec plus de 21.000.000 d’enrôlés avec le financement de la RDC évalué à plus de 320.000.000 de dollars. Joseph Kabila a voulu rassurer le peuple congolais : les élections auront bel et bien lieu. Tout sera mis en œuvre pour atteindre cet objectif conformément au calendrier fixé par la CENI. L’accord du 18 octobre et du 31 décembre ont dégagé le consensus sur les séquences des élections. « Apres l’adoption de la loi sur la répartition des sièges, plus rien n’empêchera la tenue des élections, a conclu le président Joseph Kabila qui a ajouté que Ce processus étant mené par les Congolais, aucune ingérence étrangère ni dans son pilotage moins encore dans son déroulement ne sera toléré.

Louis-Paul Eyenga

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer